2 tagged articles Chapitre O2

... ... Before Sunrise Only you, T. ... ... 25/10/2010



...
...

Copyright TokioBillHotel ©

...

3. Seulement toi, T.

...
...


Présent

Bill entra la combinaison digitale qui ouvrait le portail de la maison de Tom. L'androgyne était très jaloux de la santé financière de son petit ami. Depuis le moment où ils s'étaient mis ensemble l'année précédente, Tom avait gagné beaucoup de popularité. Et plus il devenait célèbre, plus il partait longtemps, mais quand il revenait, il n'y en avait que pour Bill. L'argent et la célébrité n'avaient jamais affecté les sentiments que Tom avait pour son Bill.

Alors que le portail s'ouvrait, Bill repensa au moment où ils s'étaient parlé pour la première fois. Tom lui avait là aussi donné la combinaison, mais quand Bill avait introduit les chiffres, ça n'avait pas fonctionné. Il avait forçé Shelly a trouvé le numéro de téléphone du rappeur -avant de la virer pour avoir vendu la vidéo de la dispute à la presse- et il l'appela. Bill ne savait pas pourquoi la veille, quand il avait été voir le rappeur, le portail était grand ouvert et que ce jour-là, il était fermé, mais il ne posait jamais de question au rappeur, ça, c'était une mauvaise idée.

Bill conduisit sa voiture jusqu'au sommet de la petite colline et la parqua devant la porte d'entrée. Son amant n'était sûrement pas encore chez lui parce qu'il avait un autre rendez-vous avec ses amis à propos de leur album, mais maintenant, Bill pouvait rentrer à l'intérieur de la maison sans avoir à attendre que Tom rentre.

Retirant de sa poche la clé maintenant rose, Bill ouvrit la porte d'entrée. Une fois qu'ils décidèrent de se mettre en couple, juste un mois après en avoir parlé pour la première fois, Tom avait fait faire une clé spéciale pour Bill avec une inscription qui disait « Petite Fée Homo » dessus. Ils en avaient tous les deux ri une fois que Bill eut giflé de Tom.

Bill retira son bonnet, ses lunettes de soleil et son écharpe en entrant dans la maison faiblement éclairée. « T ? » Appela-t-il en fermant la porte derrière lui.

Pendant quelques secondes, l'endroit fut complètement silencieux, puis Bill sentit son téléphone vibrer dans sa poche et il l'en sortit. C'était un appel entrant de T lui-même.

« Allô ? » Répondit Bill doucement en s'appuyant contre la porte, légèrement déçu que Tom ne soit pas encore rentré.

« Je suis désolé, mais les choses prennent plus de temps que je l'avais prévu. Tu es à la maison, en sécurité ? » Demanda le rappeur, la voix pleine d'inquiétude.

« Mmm, oui, je suis en sécurité, mais je dois ressortir pour fermer le portail ... » Le photographe se laissa glisser à terre et posa sa tête dans ses mains.

« Je ne devrais plus être très long, je le promets, mais Samy vient tout juste de nous faire voir une autre chanson et on essaye de voir si on aura assez de temps pour l'ajouter sur l'album ou si on en fait juste un single qui sortirait après. » Expliqua Tom lentement. « Peut-être que je pourrais partir en disant que j'ai mal au ventre ... Tu me manques beaucoup ... »

« Le travail passe avant moi T. Je vais bien. La pièce du fond a toujours besoin d'être rénovée et j'ai eu quelques idées aujourd'hui au travail. » Il y eut une courte pause et Bill su que Tom allait au moins essayer de quitter la réunion plus tôt. « Tu sais que Bushido m'a touché le cul ? »

« Pardon ? » Demanda Tom, pas fâché contre Bill, mais contre son ami. « Quand est-ce que s'est arrivé ? Je pensais que j'avais tout le temps été là ... »

Bill sourit légèrement ; il aimait savoir que Tom était un peu jaloux. Ils ne juraient jamais vraiment l'un en présence de l'autre, mais quand Bill entendit les doux grognements en fond sonore, il su que Tom était complètement scandalisé que Bushido ai fait une chose pareille. Ils étaient des professionnels et des hommes accomplis. Bushido n'aurait pas dû faire ça.

« La plupart du temps, oui, mais quand tu es allé aux toilettes, je regardais les photos et il s'est mis derrière moi et il a juste ... » S'arrêta Bill, laissant le soin à l'esprit de Tom de compléter le reste.

« Je voudrais vraiment pouvoir leur dire. Ça m'énerve vraiment de ne pas pouvoir. » Grogna Tom et il y eut un gros bruit à l'autre bout du fil.

Bill soupira doucement. « On pourrait, mais ça te ferait sûrement perdre ta production. S'il te plaît, ne frappe pas quoi ou qui que ce soit, T. Tu sais ce qu'il s'est passé la dernière fois que tu l'as fait ... »

La dernière fois que le rappeur avait frappé quelqu'un, ça avait été Bill. C'était une erreur, mais Bill avait quand même eut le nez ensanglanté et un ½il au beurre noir. Tom avait voulu garder son sang-froid, mais après ça, Bill avait mentionné ... ses relations précédentes encore une fois, et Tom n'avait pas pu le supporter.

« Tu sais que je suis désolé pour cette nuit-là, et là, c'était juste le mur ... » Tom fit une courte pause. « Je dois y aller Bill, Bushido vient tout juste de m'envoyer un message. »

« Ok ... » Dit Bill et il commença à retirer le téléphone de contre son oreille, mais Tom cria quelque chose et il arrêta. « Quoi ? »

« J'ai dit que je t'aimais et que j'allais essayer d'être à la maison le plus vite possible. » Répéta le rappeur. « Je vais vraiment partir d'ici Bill. Tu me manques. »

« Je t'aime aussi, T. Prends ton temps. J'ai ... Je peux trouver quelque chose à faire en attendant ... »

Bill raccrocha et posa son front sur ses genoux. Être tout seul chez Tom n'était jamais quelque chose qu'il appréciait et maintenant, seul Dieu savait pour combien de temps il devrait attendre.


* * *

Un doux son s'échappa d'une autre pièce de la maison et Bill se leva. Il était en train de travailler dans la pièce à l'arrière de la maison, pièce qui serait la sienne quand leur relation serait enfin publique. Enfin, ce serait la pièce qu'il utiliserait s'il devait un jour se mettre à l'écart de Tom, si ça arrivait un jour.

Bill ouvrit la porte de la pièce et longea lentement le couloir, pour ensuite être attrapé par les hanches par les mains fortes de Tom. Bill n'était pas chez Tom depuis plus d'une heure, donc il ne s'attendait pas vraiment à le voir revenir si rapidement.

« Hey. » Dit le photographe en souriant doucement, rougissant du rose le plus doux.

« Hey. » Murmura Tom, se penchant en avant, plus près des lèvres de son amant, puis il s'arrêta. « Prends ton bonnet et tes lunettes. Je veux te montrer quelque chose. »

Bill fronça les sourcils, mais embrassa Tom chastement. « Où est-ce qu'on va ? Je voulais rester ici cette nuit ... »

« Oui, je sais, mais c'est important et je sais que tu vas aimer. S'il te plaît ? On sera revenu dans deux heures. » Chuchota Tom, ses lèvres se mouvant contre celles de Bill alors qu'il parlait.

« Tom, tu m'allumes encore ... »

Ce que Bill voulu dire ensuite, s'il avait voulu dire autre chose, fut perdu dans la bouche de Tom alors qu'ils approfondissaient les baisers qui leur avaient tellement manqués pendant les quelques heures qu'ils avaient passées loin l'un de l'autre. Tom caressa la langue de son amant de la sienne et haleta quand il se rendit compte que le piercing n'y était pas.

« Quoi ? » Demanda Tom, ouvrant la bouche de Bill en tirant sur son menton. « Ahh. Pourquoi ? »

Bill rit doucement et tira la langue à Tom. « Il m'ennuyait plus tôt dans la journée alors je l'ai retiré, mais maintenant, je ne le retrouve plus. J'en achèterais un nouveau, un de ces jours. »

Le rappeur geint et agrippa les hanches de Bill. « J'aimais ce truc. Maintenant, s'embrasser c'est pas drôle ... »

« Espèce de con. » Le photographe fit la moue et envoya un coup dans le front du rappeur. « J'ai une langue très douée, percée ou pas. »

Tom recula rapidement et courut le long du couloir, ouvrant la porte de sa chambre en grand et se précipitant vers sa table de nuit. Bill rit en suivant son amant. Tom était complètement obsédé par le piercing de Bill et ce, depuis le premier jour. Bill se jeta sur le lit alors que Tom fouillait dans le tiroir.

« Ha ! » S'exclama Tom, tenant un petit sachet plastique devant le visage de Bill. « J'ai acheté ça pour toi il y a des mois, mais j'oubliais tout le temps de te le donner. »

C'était un piercing pour la langue. Bill prit le sachet et secoua la tête, retirant le piercing de l'emballage. « Pourquoi est-ce que tu as ça ici ? »

Alors que Bill glissait précautionneusement le piercing sur sa langue, Tom lui lança un sourire satisfait et le poussa pour qu'il s'étende sur le lit. « Parce que j'ai pensé qu'un jour, tu aurais besoin d'un autre piercing. » Murmura Tom en joignant ses lèvres à celle de Bill, léchant ensuite le piercing et gémissant de la satisfaction procurée par la friction.

Bill haleta légèrement. Ils ne planifiaient jamais les choses qu'ils faisaient avant qu'elles n'arrivent, la plupart du temps, ce n'était même pas spécialement bon parce qu'ils étaient saouls, mais Bill eut le sentiment que cette fois-ci, ils allaient bien s'amuser et ça n'allait pas être du sexe chaud et érotique qui finirait avant même qu'ils ne s'en rendent compte.

Les mains de Tom glissèrent le long du corps de Bill pour aller empoigner le cul parfait de l'androgyne et Tom le serra doucement. Bill tressaillit et miaula de plaisir. Leurs mouvements étaient rapides et non réfléchis, mais aucun des deux ne s'en souciait, il avait besoin l'un de l'autre et c'était le seul besoin qu'ils voulaient satisfaire pour l'instant.

« Tom ... » Gémit Bill, ses mains étaient dans les dreadlocks de Tom, tirant doucement.

Tom retraça une nouvelle fois la lève inférieure de Bill avec sa langue avant de se retirer, les joues rouges et les lèvres gonflées des baisers exigeants. « Quoi ? » Demanda-t-il, bougeant ses lèvres dans le cou de Bill, léchant gentiment le suçon qu'il y avait laissé quelques heures plus tôt. « Est-ce que quelqu'un a vu ça ? »

« Daavid, mais ... j'ai menti ... » Haleta Bill.

Tom mordit gentiment la gorge du jeune homme et passa ses doigts sous sa chemise. « Qu'est-ce que tu lui as dit ? » Tom respirait chaudement contre son cou, passant le bout de sa langue le long de la peau douce et laiteuse.

Bill ferma les yeux d'un coup. « Que la nuit dernière ... Je me suis un peu trop amusé ... dans un club ... »

Le rappeur grogna à l'oreille de Bill et lui embrassa durement les lèvres. Tom n'aimait pas le mensonge, spécialement quand il indiquait à tous que Bill papillonnait encore avec n'importe qui. Tom avait complètement éliminé son image de playboy, racontant aux gens qu'il détestait devoir se faire tester pour des MST autant de fois par mois.

Tom enfonça brutalement sa langue dans la bouche de Bill et suça sa langue jusqu'à ce qu'elle sorte de sa bouche, puis qu'elle vienne dans la sienne. Il la caressait intensément de la sienne, les faisant rouler ensemble en une danse enivrante.

Bill accepta le traitement parce qu'il savait que Tom était jaloux du fait qu'il mentait toujours au sujet de son image publique. Leurs lèvres continuèrent à bouger comme s'ils n'étaient qu'une seule personne pendant quelques minutes, jusqu'à ce que Bill ne tire fort sur les cheveux de Tom, l'arrêtant dans son élan.

« Je suis la seule personne à faire ces suçons. Tu ferais mieux de t'en souvenir. » Dit Tom d'une voix haletante.

Le photographe soupira doucement et poussa Tom sur le dos avant de se mettre à califourchon sur son bassin. « Seulement toi, T. » Bill commença à balancer doucement ses hanches, se frottant contre celles du rappeur. « Je pensais qu'on allait faire un tour. » Murmura-t-il en arrêtant ses mouvements.

Tom gémit et leva les hanches, faisant pousser un petit cri aigu à Bill. « Non, on ira un autre jour. J'ai envie de toi maintenant. »

Bill sourit et se coucha sur son amant. Tom n'était jamais doué avec les mots, mais le photographe fondait toujours quand il lui disait qu'il avait envie de lui. « À quel point ? » Chuchota Bill à son oreille, mouvant son corps contre celui de Tom, leurs aines se frottant ensemble à travers le tissu de leurs pantalons.

« Uhhh ... » Tom marmonnait des mots au hasard sous lui, incapable de parler plus fort et il glissa sa main dans la poche arrière du jean de Bill.

« Fort. » Finit-il par dire alors que Bill poussait ses hanches vers les siennes.

Bill rit hors d'haleine et s'assit, appuyant toujours son cul contre l'aine de Tom. Le jeune homme aux cheveux ébène caressa gentiment le torse du rappeur avant de glisser ses mains sous sa chemise et de la faire remonter près de la gorge de Tom. Faisant comme s'il était plongé dans ses pensées, Bill coinça sa langue entre ses lèvres, le piercing brillant à la lumière du soleil venant de la fenêtre ; Bill savait parfaitement de quelle manière il devait allumer Tom.

Le rappeur leva les bras au-dessus de sa tête et ferma fort les yeux. Bill tira doucement et malicieusement la chemise au-dessus de la tête de Tom et la jeta à travers la pièce, il lui retira ensuite sa casquette et son bandeau.

« Tu es vraiment plus sexy avec, mais là, ils sont dans mon chemin. » Murmura Bill à son oreille et il commença à lécher doucement le long de sa gorge.

Tom grogna et repousse Bill de sur lui. « Tu m'allumes bien plus que je ne le fais. » Gronda-t-il, commença à déboutonner le pantalon de Bill, le descendant ensuite le long de ses jambes. Il fit un grand sourire quand il vit que son amant ne portait pas de sous-vêtement. Tom détestait faire traîner les choses, mais c'était une chose que Bill aimait faire.

Le dreadeux se leva et se débarrassa de ses chaussures, chaussettes, pantalon et sous-vêtement avant de ramper au-dessus de Bill et de pousser ses hanches contre les siennes durement. Bill haleta et Tom fit de même. Le rappeur se pencha en avant, ses lèvres effleurant la peau douce de son amant avant qu'il ne les referme autour de la chair tendue d'un des tétons de Bill.

Un doux pleurnichement s'échappa des lèvres de l'androgyne. « T, s'il te plaît ? » Supplia-t-il en agrippant la couverture et se cambrant.

T sourit complaisamment et effleura le visage de Bill pour le taquiner, ses lèvres tout juste hors de portée. « Avec ou sans ? » Murmura-t-il.

« Oh Mon Dieu, sans. J'ai besoin de te sentir ... » Dit le photographe tout haut, joignant rudement ses lèvres à celles de Tom.

Depuis qu'ils avaient commencé à avoir des rapports sexuels, ça avait été la première chose qui avait été demandée ; avec ou sans préservatif ? Ils commencèrent avec et continuèrent à en utiliser pendant plusieurs semaines jusqu'à ce que Tom se rende compte un soir qu'ils n'en avaient plus. Aucun des deux n'était dans un état assez décent pour aller en acheter et aucun des deux n'avait envie d'attendre. Bill fit confiance à Tom et cette nuit-là, ils firent l'amour sans préservatif.

Tom haleta et se retira lentement, se penchant vers la table de nuit pour prendre l'objet favori de Bill : le lubrifiant. C'était constamment froid et existait toujours, toujours plus Bill qu'il ne l'était avant. Tom se pencha à nouveau, partageant un baiser vraiment langoureux avec Bill, puis le tirant sur lui et lui quémandant le plus de passion possible. Bill la lui donna.

Alors qu'ils joignaient leurs lèvres à maintes reprises, Tom enduit distraitement deux de ses doigts avec le lubrifiant glacial et les glissa à l'intérieur de son amant. Ils faisaient déjà tous les deux beaucoup de bruit et Tom ne savait pas vraiment dire ce qui le produisait : ses doigts, la façon dont son ventre se frottait à l'érection palpitante de Bill ou la façon dont il faisait glisser sa langue contre celle de Bill ; ce qui faisait du bruit n'avait pas d'importance, Tom aimait ces bruits.

Les minutes passèrent alors que le rappeur étirait son amant et ils s'embrassaient avec le désespoir de pouvoir nourrir le monstre qui voulait l'autre homme de plus en plus. Il leur semblait impossible de satisfaire ce monstre dernièrement, ce qu'il voulait la plupart du temps était en avoir autant que possible avant de faire en sorte que les deux jeunes hommes ne s'écroulent parce qu'ils en avaient eu trop.

« Tomi ... » Haleta Bill dans sa bouche, les ramenant tous les deux dans un état de conscience.

Tom lui fit un sourire satisfait et se retira légèrement. « Tu n'es pas mièvre, huh ? » Haleta-t-il en retirant lentement ses doigts de la chaleur étroite de Bill.

« Petit con. » Grogna le photographe avant de le gifler. « Je suis tellement excité que je ne peux plus réfléchir. Baise-moi merde et je ne le redirais pas. »

Le rappeur gémit de la manière rauque et basse dont Bill venait de parler. Ça lui donnait envie de s'enfoncer profondément en Bill et de ne jamais en ressortir. Lentement -parce qu'il avait envie d'étendre le processus- Tom se plaça entre les jambes de son petit ami et releva ses hanches pour qu'elles reposent directement sur ses cuisses. Tom pouvait sentir la chaleur de l'entrée plissée de Bill et était en train de résister au désir de s'enfoncer d'un coup dedans. Il ne voulait pas blesser Bill.

Lentement, comme la chose la plus torturante de sa vie, Tom s'avança, effleurant son amant, les mains de chaque côté de sa tête. Tom aimait le regard que Bill avait quand il se glissait en lui, mais il savait que c'était de la douleur mélangée à de l'infime plaisir. Bientôt, ce ne serait plus que du plaisir, mais à l'instant ce n'était pas encore ça.

Tom attendit une fois qu'il fut entièrement en Bill. Ça ne prenait jamais longtemps et même quand il était saoul, il devait attendre, donc il y était plutôt habitué, mais cette fois-là, quelque chose était différent. C'était peut-être le fait qu'ils soient tous les deux sobres ou qu'ils faisaient les choses différemment ou peut-être juste que la nuit précédente n'avait été que de la baise jusqu'à en avoir envie de vomir. Quoi que ça puisse être, Bill et Tom en étaient heureux.

« T ... » Haleta Bill, ses doigts bougeant doucement sur le torse doux de Tom. « Aime-moi, s'il te plaît ... »

Haletant à l'entente du besoin présent dans la voix de Bill, Tom avança, sa poussée douce et la plus aimante possible à ses yeux. C'était bizarre de faire l'amour après la nuit précédente. Tom voulait de l'amour pourtant et Bill aussi. Bill avait irrésistiblement eu besoin d'amour depuis la séance photo plus tôt. La façon dont Tom le regardait, avec ses yeux adorateurs et admirateurs entre chaque photo et dans les coulisses ... Ça donnait envie à Bill de vouloir Tom, encore et encore.

Tom s'enfonça un peu plus vite, toujours de façon aimante, mais plus forte, il voulait que Bill crie. Et c'est ce que Bill fit. Tom enfonça son gland tout juste dans le bon angle, l'angle qui faisait miauler Bill de façon tapageuse et le faisait supplier pour tellement plus.

Les hanches de Tom bougèrent plus vite alors que Bill remuait les siennes en rythme. Bill savait exactement de quelle manière il devait bouger ses hanches pour déchaîner Tom et comme il le fit, Tom ne pu plus se retenir. Il s'enfonça plus fort, empêchant Bill de respirer pendant à peine une seconde avant de pilonner plus fort son petit corps.

C'était comme si seulement quelques secondes étaient passées avant que Bill ne griffe le dos de Tom avec ses ongles et ne se cambre sur le lit, jouissant partout sur son ventre ; parfois, Tom était trop bon.

La star dreadée s'enfonça plus fort, essayant de jouir avant que Bill ne se sente plus à l'aise. La chaleur dans son ventre brûlait tout son corps, mais très vite, c'était fini et il déversa sa semence en Bill, la sentant couler le long des cuisses et du cul de Bill.

« Ugg. » Grogna Tom, se retirant rapidement du seul endroit où il voulait vraiment rester. « Merde ... » Marmonna-t-il avant de se blottir tout contre son petit ami, refermant ses bras étroitement autour de lui alors qu'il l'attirait contre son torse.

Bill soupira gaiement et frotta son nez contre le haut du torse de Tom, ses cheveux chatouillant le nez du rappeur. « Ça, c'était un mélange entre baiser et faire l'amour. » Chuchota-t-il, pouffant doucement de rire contre la peau suante devant lui.

Tom rit doucement. « Je t'ai dit plus tôt que je devais te montrer quelque chose, mh ? » Demanda Tom quelques instants plus tard et Bill acquiesça, sa tête touchant toujours le torse de Tom. « Ça attendra. Ça a quelque chose à voir avec mon album, mais je viens de changer d'avis. Quand il sortira dans deux semaines, tu verras. »

Bill releva les yeux vers Tom, les sourcils froncés. « Tu dis n'importe quoi, mais peu importe ... Tomi. » Bill pouffa de rire quand Tom écarquilla les yeux. « Est-ce que ça t'excite ? »

« Oui, alors maintenant arrête. » Ordonna Tom en pinçant la hanche de Bill. « Je n'ai pas envie de gâcher ce moment à cause d'une trique. »

Bill baissa les yeux et éclata de rire. « Trop ... tard ! » Réussit-il à dire entre ses éclats de rire.


...
...

Bael ® _____

...
...
...

Tags : TokioBillHotel - Before Sunrise - MiniFiction - Day Night & Everything In Between - Chapitre O2

... ... Forced The Switchblade ... ... 02/05/2011





...
...
 
Copyright AndeinerSeitenureineWeile ©
 
...
 
2. Le Couteau Suisse
 
...
...


Les lampes des maisons entourant le parc étaient éteintes. Il n'y avait pas de témoins, il n'y avait que Georg et Bill et le c½ur de Bill qui battait la chamade. Bill devait se sortir de là, trouver un téléphone public et appeler chez lui, la police, Tom, la police, son patron, la police. Son camarade de classe en était déjà pratiquement à l'agression et l'alcool qu'il avait bu l'encourageait à faire ce dont il avait envie. Bill ne voulait pas être blessé, il voulait juste rentrer chez lui. Il voulait que Tom arrive maintenant. Il voulait que cette situation ne lui soit jamais arrivée.

Bill tenta de paraître calme quand Georg fit un pas en avant, vers lui, et même si son visage était pâle, les tremblements de son corps si discrets, à peine perceptible, le sourire en coin de Georg si fit de plus en plus grand au fur et à mesure qu'il approchait, et Bill était si effrayé qu'il fit la seule qu'il pouvait penser à faire. Il déguerpit, sprintant à travers l'étendue d'herbe humide jusqu'au trottoir glissant et mal éclairé. Il entendit les pas de Georg se rapprocher de lui, mais en fut pas capable de se regarder derrière lui. Ça allait seulement le ralentir.

Si seulement il pouvait réussir à courir jusqu'au restaurant, Bushido était peut-être toujours en train de finir les payes et il pourrait alors demander de l'aide. Les chaussures de Bill n'étaient pas faites pour courir, ce n'était que de simples vieilles Keds, mais il ne les laissa pas le ralentir. Bill toussa en courant, pas habitué à ce genre d'effort physique en dehors du cours de gym, et ça lui fit mal dans les poumons. Georg faisait du sport, suivait des curriculums supplémentaires, il savait que Bill n'avait aucune chance de le semer, même avec une avance de cinq secondes au départ. Bill le savait aussi, c'est pourquoi son but était de trouver une cabine téléphonique et appeler de l'aide ; il y en avait une au prochain pâté de maisons, juste devant le bureau express de La Poste. Il devait dire à quelqu'un qu'il était en danger.

Bill fouillait ses poches, tentant de trouver quelques centimes qu'il pourrait utiliser pour le téléphone, quand il fut soudainement projeté au sol. Les pièces s'échappèrent de la main de Bill et il grogna en percutant les pavés. Georg était sur son dos et Bill se tortilla, incapable de bouger sous le poids du corps plus lourd du garçon plus âgé. Il était pratiquement arrivé au bon pâté de maison.

Bill n'avait pas beaucoup de masse. Georg avait beaucoup de muscles, et le fait que Bill se débatte semblait plaire à son tourmenteur.

« C'est ça, réchauffe-moi, Bébé. »

Georg enfonça le visage de Bill dans contre le trottoir, la surface rêche et granuleuse faisant effet de papier de verre contre sa peau, l'égratignant et l'écorchant, la brisant. Bill se figea quand Georg pressa son visage juste derrière son oreille.

« Je n'ai pas envie de devoir te faire du mal, Bill. » Chuchota le garçon et c'est à ce moment-là que Bill pu sentir la quantité d'alcool qu'il avait dû ingurgiter, rien qu'à l'haleine de son camarade de classe. Ça sentait le Jägermeister, la boisson dans laquelle le père de Bill lui laissait tremper ses lèvres et qui le faisait se sentir grand quand il n'était encore qu'un enfant.

« Tu me fais déjà mal Georg, descend ! » Le supplia Bill, ses pleures se transformant presque en cris quand Georg lui tapa la tête contre le sol. « De l'aide, quelqu'un, de l'aide ! »

« C'est bon. » Dit Georg en fulminant, il retira son poids de sur Bill et le retourna sur le dos avant de s'asseoir sur son ventre et de lui envoyer un coup de poing dans la figure. Bill leva les mains, tentant de protéger sa tête, mais incapable d'arrêter les coups, jusqu'à ce qu'il soit fatigué et que son visage devienne insensible, alors il arrêta. Il entendit le bruit oh combien redouté d'un couteau suisse que l'on ouvre, vit l'éclat de celui-ci alors que Georg recouvrait sa bouche d'une main. « Je vais le redire une fois ; je n'ai pas envie de devoir te faire du mal, Bill. »

Bill acquiesça lentement, devant complètement silencieux et incapable de détacher son regard de l'arme blanche. Georg attrapa une poignée des cheveux de Bill, amenant le couteau à sa gorge et se penchant tout près du visage de Bill, le regardant dans le blanc des yeux.

« Tu vas te lever et venir avec moi jusqu'à la voiture, ou je jure devant Dieu. » Dit Georg d'une voix basse, menaçante, en exerçant une pression avec le couteau sur sa gorge pour lui faire comprendre de quoi il parlait. Les yeux de Bill était grands ouverts et il acquiesça à nouveau, la terreur s'emparant de son corps. Il n'avait jamais été aussi effrayé de toute sa vie.

Georg se leva, raffermissant précautionneusement sa poigne sur les longs cheveux noirs de Bill, et tira rudement le garçon pour qu'il se remette sur ses pieds. Il marchait vite et Bill devait tenir le rythme ou Georg allait lui arracher ses cheveux. Le couteau suisse était toujours tout contre lui, prêt à plonger dans sa peau, capable de la couper comme du pain s'il tentait de faire ne serait-ce qu'un geste. Ca rappela à Bill que s'il ne coopérait pas, il ne reverrait probablement jamais sa mère, son père, son frère, son chien.

La portière arrière du pick-up était rouillée et grinça fortement quand Georg l'ouvrit. Il n'y avait rien d'autre dans la remorque que quelques morceaux de bois poussés sur le côté de la surface noire et striée et ce qui devait avoir été de la sciure de bois mélangée à de la poussière de différents outils.

« Défais ton pantalon. »




...
...
 
Bael ® _____
 
...
...
...

Tags : AndeinerSeitenureineWeile - Forced - MiniFiction - Chapitre O2