• 20573 visits
  • 22 articles
  • 73 hearts
  • 129 comments

... ... Before Sunrise Prologue ... ... 25/10/2010



...
...

Copyright TokioBillHotel ©

...

1. Prologue

...

********** Version originale
*************** Tom/Bill, Established Relationship, Fluff, Twincest - Not Related, Adult Content, Heavy Kink
*************** MiniFiction Originale Terminée

...
...


« Je ne travaillerai pas avec lui. » Annonça Bill en croisant les bras sur son torse en signe de défis. « C'est un con inconsidéré. Je ne travaillerais pas avec lui. »

David soupira silencieusement. « Je sais, mais T, Bushido et Samy payent tellement pour ça. Faire cette bonne action sera bon pour nous et ça pourrait nous amener LaFee ! Elle est une des plus grandes fans de Samy. »

Bill leva les yeux au ciel et traversa le couloir d'un pas lourd. Il n'avait pas envie de faire cette séance photo, peu importait l'argent qu'il allait recevoir en échange. De toute manière, il avait un rendez-vous avec plusieurs mannequins de lingerie la semaine suivante, elles payaient presque autant que T ... Presque.

Tom Kaulitz, plus connu comme T, travaillait sur son troisième album avec Bushido, avec qui Bill avait déjà travaillé, et Samy Deluxe, encore une fois, avec qui il avait déjà travaillé et aucun des deux ne l'avait ennuyé. Ils avaient été agréables avec Bill la première fois qu'ils étaient venus pour faire une séance photo, mais la première fois que Bill avait dû travailler avec T, il avait été un abruti complet. Il s'était plaint de tout ce que Bill faisait, de l'éclairage soi-disant trop fort jusqu'à la nourriture soi-disant trop froide. Avant même que la séance photo ne soit terminée, T avait fini par partir et ne pas payé les plus de quatre cents euros qu'il devait. Depuis ce moment, ils ne s'étaient jamais vraiment bien entendus ...

« Je ne travaillerais pas avec un tel trou du cul. » Grommela Bill, s'assurant que David l'avait entendu, puis il claqua la porte menant aux petites coulisses dans lesquelles il avait pris l'habitude de se préparer pour travailler.

Bien sûr, au moment même où Bill ferma la porte, il fut poussé contre celle-ci et une main fut pressée contre sa bouche. Bill pouffa de rire et poussa l'homme.

« Etait-ce convaincant, T ? » Murmura Bill en souriant doucement.

Le rappeur à dreadlocks sourit d'un air satisfait et poussa Bill contre la porte encore une fois. « Très et tu sais que je suis un con inconsidéré seulement pour que les gens me laissent tranquille et faire croire que je pense vraiment ce que disent les paroles de mes chansons. » Murmura T en permettant à ses lèvres de se rapprocher de celles de Bill.

Ils ne prenaient jamais au sérieux ce qu'ils disaient l'un de l'autre, exception faite pour l'amour qu'ils se portaient l'un l'autre dans le confort de l'obscurité de la nuit. Bill et Tom s'étaient en fait battu en privé après la dernière séance photo un an auparavant. Le photographe avait exigé une raison au terrible comportement de Tom, mais la soirée s'était terminée en baisers bouillants et mots d'excuses. Ils devinrent immédiatement proches, mais après que leur dispute au studio eut été filmée et rendue publique par plusieurs chaînes de télévisions et radios, ils savaient qu'ils ne pourraient pas se pardonner publiquement si facilement.

Les deux continuèrent à prétendre qu'ils ne voulaient rien à avoir à faire avec l'autre. Aux événements mondains, ils n'échangeaient pas un mot. Quand Tom faisait une interview et qu'on lui posait une question sur la tentative de séance photo ratée de Bill Trümper, il passait la question et attendait la suivante. Aux yeux des paparazzis et de la presse, Bill et Tom se détestaient.

« Je t'aime T. » Chuchota Bill en entourant le cou du rappeur de ses bras.

Tom grogna et pressa ses lèvres contre celles de Bill avec désespoir. Ils se séparèrent quelques instants plus tard, à contrecoeur bien sûr. « Je t'aime aussi, mais merde, qu'est-ce que je t'ai dit à propose de m'appeler comme ça ? » Chuchota le rappeur en mordant la lèvre de Bill.

« Je ne vais pas t'appeler Tomi comme l'a fait ta dernière petite amie. Je ne suis pas mièvre et je prends plaisir à te torturer. » Répliqua Bill.

« Tu as dit Tomi la nuit dernière. » Tom sourit narquoisement et se pencha pour lécher la gorge de Bill. « Et tu l'as dit si fort et tellement de fois. Je m'y prenais de la bonne manière, Bill. »

Bill repoussa le torse de Tom et lui gifla la joue. « Tais-toi. Tu étais si .. ugh. Je ne vais même pas parler de ça. La nuit dernière était différente, T. »

Tom ronchonna et agrippa les hanches de Bill, le tirant plus près de lui avant de le pousser à s'asseoir sur la petite chaise à côté d'eux. « Tu vas avoir la même chose maintenant. » Gémit-il en s'appuyant contre le photographe.

Leurs lèvres se rejoignirent en quelques secondes et Bill enfonça ses doigts entre les épaisses mèches de cheveux ressemblant à des cordes. La relation qu'ils avaient était complètement différente de ce qu'ils avaient connu auparavant. Habituellement, Tom baisait puis disparaissait et Bill n'était pas enclin à faire des cachotteries à qui que ce soit. Mais dans leur relation, les choses seraient toujours différentes.

Bill n'était pas aussi célèbre qu'il pourrait l'être et était le contraire de la personne idéale suivant les critères de la production de Tom. Évidemment, sa production ne savait même pas que Tom aimait les hommes, encore moins qu'il passait toutes ses nuits avec le même homme.

Un coup fut frappé à la porte, retirant l'attention de Tom du petit bleu sur la peau du cou de Bill qu'il venait de lui faire inconsciemment. Tom se redressa et aida son amant à faire de même.

« Fous le camp, espèce de con ! » Cria Bill, mais il fronça doucement les sourcils et articula un pardon au rappeur. « Sois un salopard là-bas et je jure devant Dieu que je publierais des photos que tu ne veux pas que qui que ce soit voit avant que tu ne dises adieu à ta putain de carrière ! »

La personne, qui que cela ai pu être, arrêta de toquer et Bill entendit des pas s'éloigner le long du couloir.

« T'es vraiment qu'une tapette ! Si tu rates cette séance, je vais te traîner si vite en justice que tu ne sauras pas ce qui t'est tombé dessus ! » Hurla Tom en retour.

Ils échangèrent un baiser rapide et Bill fronça à nouveau les sourcils. « Je suis une tapette ?! Oh Mon dieu ! Sors d'ici ! » Un autre baiser rapide fut échangé avant que le rappeur ne s'échappe de la pièce avec une imitation d'expression furieuse sur le visage, la porte se refermant derrière lui.

Bill n'aimait pas crier sur Tom, même si c'était de la comédie. Quand il était question de prétendre haïr l'autre, c'était plus dur que prévu. Bill aimait crier sur Tom quand ils étaient au lit, le suppliant de cogner plus fort son 'doux endroit' ou de faire claquer plus vite ses hanches en avant. Tom éprouvait la même chose, mais bien sûr, ils devaient conserver les choses dans l'état dans lequel elles étaient s'ils voulaient vraiment pouvoir être ensemble.

Permettant à la moue de rester sur ses lèvres, Bill ouvrit la porte et vit David droit devant lui, ses bras croisés sur son torse et un regard dure sur son visage. « Oh, tu m'as fait peur. » Dit Bill avant de se retourner vers les coulisses. « Qu'est-ce qu'il y a, Dave ? Je suis en train de me préparer et je ne laisserais pas T me retarder. »

Bill leva les yeux au ciel et attrapa l'étui de son appareil photo. À l'intérieur, il s'imaginait Tom au-dessus de lui, le regardant dans les yeux en parlant de ce qu'ils feraient quand ils pourraient enfin rendre leur relation publique. C'était lointain, au mieux dans quelques années, mais c'était quand même quelque chose que Bill attendait avec impatience.

« Bushido et Samy pensent que ce serait une bonne idée de publier une photo de toi avec eux trois, pour montrer aux gens que tu es maintenant au moins capable de rester dans la même pièce que T. Si nous le faisons, Samy a dit qu'il expliquerait à LaFee comme c'est incroyable de travailler avec toi. » Marmonna David de façon précipitée avant de s'appuyer contre le chambranle de la porte.

Le photographe se tourna vers son bras droit. « Tu te moques de moi ? Je ne supporte pas ce cochon, ce fils de pute arrogant. Pourquoi, sérieusement, est-ce que je prendrais une photo avec lui ? » Demanda Bill, mais il n'attendit pas de réponse. « Je n'ai pas de problème avec le fait de prendre une photo avec Bushido ou Samy, mais avec T, jamais. »

Il s'empara de son étui sans un autre mot et sortit de la pièce le menton haut, fâché contre lui-même pour avoir insulté Tom, mais fâché contre Tom pour ne pas vouloir ruiner sa carrière. Bill ne le blâmait pas vraiment pourtant ; Tom se faisait beaucoup d'argent ...


* * *


« Tu es un imbécile. » Marmonna Bill en reposant son appareil photo contre son torse. « Ecoute encore une fois T, menton haut, torse bombé, dreads en arrière. Pourquoi est-ce difficile pour toi ? »

Le photographe aux cheveux ébène marcha rapidement jusqu'au rappeur et plaça sa tête dans la position qu'il voulait. Bill laissa traîner ses doigts sur le menton de Tom un peu plus longtemps que nécessaire avant de reculer à nouveau, remonter son appareil au niveau de son visage et de prendre la photo parfaite, mais pas pour l'album ...

« Voilà. La prochaine fois, suis les instructions. » Dit Bill avant de se retourner vers son iMac, ayant un aperçu de toutes les photos prises jusque-là. Elles semblaient bonnes, mais ... juste bonnes. Quelque chose manquait et Bill ne savait pas exactement ce que c'était. Bushido était superbe ; ses vêtements étaient parfaits et il était d'une humeur merveilleuse, flirtant avec Bill, faisant en sorte que Tom semble de plus en plus énervé chaque minute qui passait, et il rigolait avec ses amis. Samy Deluxe était plus qu'agréable, mais il venait juste de se mettre en couple avec une fille qui déteignait sur lui, donc ça, Bill s'y attendait. C'était Tom.

Bill regarda de l'autre côté de la pièce et vit le rappeur blond le fixer du regard, les yeux pleins d'amour. « T, je peux te parler une minute ? » Murmura Bill doucement.

« Tu vas encore m'engueuler ? » Rétorqua-t-il, mais il s'avança doucement vers lui.

« Non. » Dit Bill et il retira son appareil d'autour de son cou, le déposant dans les mains sûres de David et agrippant l'avant-bras de Tom. « Garde ta bouche fermée pour trente seconde. » Grommela-t-il en entraînant Tom vers le coin de la pièce le plus éloigné des autres.

Tom fronça légèrement les sourcils et repoussa la main de Bill, ne voulant pas ressentir la forte envie d'attirer Bill dans un baiser. « Je ne pensais pas que ce serait si dur. » Chuchota Tom, sachant que personne d'autre ne pouvait les entendre même s'ils les regardaient.

« Je sais qu'on peut le faire. » Répliqua Bill, puis il afficha une expression dure, rentrant dans son personnage. « Quand je te donne un ordre, tu l'exécutes. On doit essayer une seule chose aujourd'hui et tu vas écouter tout ce que je te dis. » Bill appuya rudement son doigt contre le torse de Tom. « Je veux toute ton attention pour l'heure à venir et puis tu pourras foutre le camp de mon studio. »

Tom ferma les yeux et se pinça les narines. « Ok, bien. » Il fit une pause. « S'il te plaît, viens ce soir. » Murmura-t-il, sa voix plus basse que précédemment.

Bill rougit légèrement et se retourna vers le reste de la pièce, surprenant tous les autres en train de détourner leur regard d'eux. « David, je vais prendre une photo avec eux trois. Par contre, tu dois la prendre, donc tout l'argent qui en sera retiré te reviendra. » Bill sourit doucement et fit un clin d'½il à son bras droit quand il vit du rose s'installer sur ses joues.

« Merci, Bill. » Dit l'homme plus âgé, la voix presque aérienne. « Ok, je veux Bill au milieu, Tom d'un côté, Samy de l'autre et Bushido à côté de Tom. » David remua ses mains en l'air. « Allez-y ! »

Levant les yeux au ciel dramatiquement, Bill se plaça à côté des deux rappeurs et gifla le haut du crâne de Tom quand il garda les yeux fixés au plafond. « C'est pour ta publication, Tom. »

La pièce entière haleta et devint silencieuse. Personne n'appelait le rappeur par son vrai nom. Tom était même offensé quand les gens n'utilisaient pas son nom de scène parce qu'il avait fait tellement d'efforts pour garder son vrai nom secret aussi longtemps que possible.

« Oh, c'est l'apocalypse. J'ai utilisé son vrai nom. » Rit Bill, et Bushido et Samy firent de même. Tom rit aussi, plongeant la pièce dans un ensemble de rire mal à l'aise et nerveux.

David choisit ce moment précis pour prendre des photos des quatre garçons en face de lui, comme s'ils étaient des amis de longue date. Ca ne ressemblait pas à quelque chose de posé ou faux, mais il eut le sentiment au fond de ses tripes qu'il allait se faire engueuler par après, mais il n'en avait rien à faire ; ses photos pouvaient être vendues pour des milliers d'euros.

Bientôt, la pièce fut à nouveau silencieuse et David posa la caméra sur son torse, comme s'il n'avait rien fait contre la volonté de Bill. « Comme je l'ai dit, tenez-vous les uns près des autres, comme si vous vous aimiez bien. » Dit-il, ces paroles spécialement destinées à Bill.

Ils se rapprochèrent et Tom passa un bras derrière Bill, sa main reposant sur le bas de son dos. Samy passa son bras derrière Bill, sa main reposant sur son épaule et les deux bras de Bill allèrent se placer dans le dos des deux hommes. Bushido passa son bras au-dessus des épaules de Tom et ils firent tous un sourire forcé.

« Un, deux ... » Murmura David, amenant l'appareil photo à son visage. Il regarda à travers l'objectif. « Trois ... » Se dit-il à lui-même et il prit la photo.


...
...

Bael ® _____

...
...
...

Tags : TokioBillHotel - Before Sunrise - MiniFiction - Day Night & Everything In Between - Prologue

... ... Before Sunrise When can I see you again? ... ... 25/10/2010



...
...

Copyright TokioBillHotel ©

...

2. Quand puis-je te revoir ?

...
...


Un an plus tôt.

« Ces lampes, c'est de la merde et ça m'oblige à regarder de ce côté, chance ça. » Grogna Tom en croisant les bras sur son torse. « Chance ça tout de suite ! »

Bill le fixa et jeta presque son appareil photo sur le bureau avant de traverser la pièce d'un pas furieux, jusqu'à l'endroit où les lampes se trouvaient. Alors qu'il jurait dans sa barbe, Bill régla les lampes pour qu'elles éclairent légèrement plus faiblement. T était un con et Bill avait vraiment envie de lui mettre une baffe, mais ça, ce n'était pas professionnel ...

Durant les trois années précédentes, le jeune homme de vingt-quatre ans avait travaillé avec d'autres rappeurs, des divas et même quelques personnes qui avaient été agréables, mais il n'avait jamais travaillé avec un rappeur aux tendances dramatiquement divaesques. C'était une nouvelle espèce.

« Voilà, c'est mieux ça ? » Bill se retourna, mais tout ce qu'il vit fut la porte menant au couloir principal claquer.

« Il est parti. » Dit David, s'emparant de l'appareil de Bill et éteignant l'iMac. « Il a dit que tu étais un flemmard pas professionnel sans talent et qu'il était sûr de ne jamais pouvoir utilisé tes photos. »

« Quel bâtard ! » Cria Bill en retraversant la pièce d'un pas lourd. « Je jure que si je revois un jour ce trou du cul, je lui enfonce plus profondément le balai qu'il a dans le cul ! »

David tendit l'appareil à Bill et lui offrit un sourire triste. « Tu sais, tu t'en es bien sorti. Je pense juste qu'il a des attentes qui ne pourront jamais être satisfaites. Tu as entendu ce qu'il a fait à ses derniers photographes ? »

Bill secoua la tête et leva les yeux au ciel. « Je m'en fous de ce qu'il leur a fait. Monsieur T vient de s'amuser avec la mauvaise personne et il va me donner l'argent qu'il me doit. » Marmonna-t-il avant de se tourner vers son assistante. « Shelly, tu pourrais m'avoir l'adresse de T. Je pense que j'ai besoin de lui rendre visite. »

Shelly déglutit et s'éloigna rapidement le long du couloir. Tout le monde craignait Bill quand une diva venait au studio et dérangeait l'énergie pacifique que le photographe avait mis tant de temps à créer. Le studio de Bill était censé avoir la meilleure atmosphère et c'était l'une des choses qui lui donnaient du travail.

« Voilà, il n'habite pas très loin d'ici donc je suis sûr qu'il est chez lui maintenant. Bien sûr, s'il ne s'est pas arrêté dans un club. » Murmura Shelly en tendant à son patron un petit bout de papier. « Il est connu pour ses longues escapades nocturnes quand quelqu'un l'a énervé. »

Bill acquiesça et prit le papier, mémorisant l'adresse. « Merci beaucoup. Si tu nettoies tout, le petit gaspillage de nourriture de T inclus, tu peux avoir ta soirée. Je vais rendre une petite visite à ce rappeur. » Dit-il, un sourire suffisant ornant ses lèvres douces.


* * *


Abattant bruyamment son poing contre la porte, Bill se rendit compte de ce qu'il faisait. Généralement, il n'allait pas trouver la personne qui l'avait mis de mauvaise humeur pour lui crier dessus, mais cette fois-ci, il savait que c'était la seule manière pour lui d'avoir son argent.

« J'arrive ! » Cria-t-on depuis l'intérieur. Apparemment, T commençait à être frustré.

Bill arrêta de cogner contre la porte et plaça ses mains sur ses hanches. C'était immature d'agir de la façon dont le rappeur avait agi. T était tellement populaire en Allemagne et dans beaucoup d'autres endroits en Europe et d'après les interviews que Bill avait vues et la fois où il avait été invité aux EMA's quelques mois plus tôt, il croyait que T était un chouette type qui essayait d'être féroce. Le photographe ne s'était jamais autant trompé.

La porte s'ouvrit d'un coup. « Putain, mais qu'est-ce que ... » T s'arrêta au milieu de sa phrase et afficha un petit sourire narquois. « Oh Mon Dieu. Qu'est-ce que tu veux ? »

Bill força le passage vers l'intérieur de la maison, obligeant le rappeur à se mettre sur le côté avant de claquer la porte derrière lui. « Je veux mes quatre cents euros, petit con, et des excuses. » Ordonna-t-il, posant une nouvelle fois sa main sur sa hanche.

La mâchoire de T se décrocha alors qu'il fixait le photographe avec de grands yeux. Personne n'avait jamais été aussi strict avec lui, tout ça à cause de son image publique. Il était T, le rappeur le plus craint, et personne ne venait le voir sauf s'il voulait être baisé. T n'avait peur de personne et n'écoutait personne. Le jeune homme de vingt-quatre ans était complètement indépendant et libre de faire ce qu'il voulait.

« Tu m'excuseras, la tapette. » Siffla-t-il. « Je ne payerais pas pour une stupide séance de photo qui fut une perte de temps complète ! Tu es un putain d'imbécile si tu crois que je vais t'écouter. »

Le photographe le fixa plus durement ; personne ne le traitait de tapette. « Tu m'as fait perdre mon temps, temps que j'aurais pu utiliser pour photographier le mariage de mon cousin, mais non, j'étais là à faire quelque chose qui ne valait même pas la peine que j'y consacre mon temps ! » Bill s'avança d'un pas, pressant durement son doigt contre le torse de T. « Tu vas payer avant que je t'y force. »

Le rappeur à dreadlocks sourit et rit doucement. « Et comment vas-tu m'y forcer ? »

« Ne pose pas de question à une tapette. » Murmura Bill avant de lever la main. Il gifla T. « Paye-moi ou tu entendras parler de mes avocats. »

Laissant un grognement s'échapper d'entre ses lèvres, T agrippa quelques mèches de cheveux de Bill et le poussa contre le mur. « Est-ce que tu veux vraiment te battre avec moi pour vingt putain de photos ? »

Bill geint faiblement avant de gifler T une nouvelle fois. « Lâche-moi espèce de con ! » S'écria-t-il.

T le relâcha, mais à peine quelques secondes après avoir reculé, il joignit ses lèvres à celles du photographe, agrippant ses hanches et le pressant encore une fois contre le mur. Bill haleta dans sa bouche, mais agrippa son énorme chemise et lui rendit son baiser rude et impitoyable.

T gémit dans la bouche de Bill et poussa sa langue contre les lèvres douces du jeune homme. Sans hésitation, Bill ouvrit la bouche et roula sa langue contre celle du rappeur, quémandant plus d'intensité.

Enfonçant doucement ses doigts dans les hanches de Bill, T recula en permettant à sa langue de retracer encore une fois les lèvres de Bill. « Je dois quand même payer, tapette ? » Demanda-t-il, un sourire satisfait prenant place sur son visage.

Levant sa main, le photographe lui caressa méchamment la joue. « Arrête de m'appeler comme ça. Tu viens de m'embrasser. » Gronda Bill et il poussa T en arrière, en direction du salon.

« Tu as aimé. Pourquoi d'autre serais-tu là, petite fée ? » Dit le rappeur en souriant, poussant Bill jusqu'à ce qu'il soit assis sur le gigantesque canapé. « Tu n'es pas énervé que je n'ai pas payé. Tu es énervé qu'on ne soit pas arrivé à la partie torse nu de la séance photo. »

Bill le gifla encore une fois et lui donna et coup de pied dans la jambe. « Putain, pourquoi est-ce que je voudrais te voir torse nu ? Tu es probablement gros et c'est pour ça que tu portes des vêtements aussi laids et grands. »

T releva un sourcil. « Vraiment ? Est-ce que je parais gros ? » Demanda-t-il, mais il n'attendit pas de réponse et tira sa chemise au-dessus de sa tête, dévoilant un ventre et un torse des plus toniques. « Je ne suis pas gros, petite fée homo. »

La respiration du photographe se coinça dans sa gorge. Généralement, Bill n'était pas impressionné si facilement, mais T était une personne vraiment attirante. Son corps avait des proportions parfaites, son ventre n'était pas trop musclé et T était tanné, vraiment tanné. Bill savait maintenant que ce gars était chaud ... au-dessus de la ceinture. Le jeune homme aux cheveux ébène était maintenant curieux de voir les autres parties du corps de T, même s'il était encore énervé qu'il lui manquait quatre cents euros.

« Ok, tu n'es pas gros, mais tu es un trou du cul qui me doit de l'argent. »
« Donc je te paye pour te baiser ? Je ne pensais pas que tu étais de ce genre-là, mais je peux accepter ça. Si tu te fais prendre en train de te prostituer, l'argent n'est pas de moi. »
Le rappeur afficha un grand sourire alors qu'il glissait la main dans sa poche surdimensionnée, en ressortant son portefeuille. « Combien ... »

Bill le gifla encore et le fit asseoir en tirant par les dreadlocks, plaquant ses lèvres contre celles du rappeur. T grogna et enjamba le jeune photographe, emmêlant ses doigts dans les mèches de ses doux cheveux noirs, tirant doucement. Il y avait quelque chose de mystérieux à propos de Bill qui attirait T comme jamais il ne l'avait été auparavant. T détestait le fait que Bill l'attirait si fort, mais il ne pouvait pas résister.

« Je suis désolé. » Murmura T, enfonçant sa langue entre les lèvres de Bill. Il attira la langue percée dans sa bouche et suça doucement dessus.

Le dreadeux savait pourquoi il s'excusait et se foutait pas mal du fait que Bill était en train de gémir et s'adoucir à l'entente de ses excuses. Ok, peut-être quand fait, il en avait peut-être quelque chose à faire ... un petit peu.

« Je suis désolé aussi T ... » Murmura le photographe. « L'éclairage était trop fort et la nourriture était froide. »

T glissa ses mains sous le bas de la petite chemise de Bill. « Appelle-moi Tom. Je te pardonne si tu me pardonnes. »

Bill haleta quand les mains du célèbre rappeur frottèrent ses tétons. « Tom, c'est tellement bon ... »

Bill avait voulu dire quelque chose ressemblant à des excuses, mais Tom était bien trop habile de ses mains. T le comprenait de toute manière. Leurs excuses étaient plus faites ... de baisers que de mots.

Tom sourit d'un air satisfait et croqua le menton de Bill. « Oui, je vois ça. » Murmura-t-il avant de faire pleuvoir sur Bill des baisers puissants et désireux. Tom ne savait pas ce qu'il lui arrivait, ou ce qu'il se passait entre eux. Généralement, quand des gens venaient à sa porte, c'était des filles qui voulaient se faire baiser sans sentiments, ça n'avait jamais été un homme voulant de l'argent pour autre chose que des activités sexuelles. C'était nouveau pour Tom, mais il devait admettre qu'il aimait avoir un peu de changement pour une fois. C'était presque bon. Presque.

Le photographe haleta et laissa ses mains courir le long du torse de Tom, sentant ses muscles s'agiter sous le bout de ses doigts ; Bill était satisfait de ça. Tout au long de sa vie, Bill avait plus été du type solitaire. Oui, il avait eu des animaux et des petits amis, mais rien n'avait duré plus d'un mois ou deux. Dans ses précédentes relations, ça n'avait jamais fonctionné plus de deux mois, parce que rien, même pas les occasionnelles parties de jambes en l'air ou les dîners tard les samedis soirs n'étaient planifiés. C'était peut-être décidés deux heures à l'avance, mais jamais plus tôt. En fait, la relation la plus sérieuse que Bill ai eu durant ces vingt-quatre dernière années avait durée deux et mois et une semaine et Bill n'en était pas fier.

Quand Bill prit conscience de ce qu'il se passait, il se recula de Tom. Cassant le baiser au milieu d'une caresse, il arrêta ses caresses sur le torse de Tom, ses doigts reposant sur ses tétons avant qu'il ne le repousse.

Tom fronça les sourcils. « Qu'est-ce qu'il y a ? Tu n'as pas envie de moi ? » Demanda-t-il, ne semblant pas sincère, mais arrogant et excité.

Bill fronça doucement les sourcils et détourna le regard du regard, profond, brun et attrayant de Tom. Il était venu jusqu'ici pour demander à cet homme l'argent qui lui revenait de droit et ensuite partir. Bien que Bill soit bien conscient que Tom soit très sexy, il n'avait jamais rêvé de l'embrasser de la manière dont il le faisait ou même de sentir l'érection que Tom appuyait contre sa cuisse. Et le photographe n'était pas quelqu'un de timide. S'il avait voulu avoir du sexe avant, il l'aurait eu, mais à ce moment-là, il réalisa que coucher avec Tom était une mauvaise idée parce que même s'il ne connaissait pas l'homme depuis plus de quatre heures et qu'il ne détenait aucune information personnelle sur lui, il ressentait quelque chose de fort pour lui.

« Si, j'ai envie de toi, mais pas maintenant. » Chuchota Bill en le regardant. C'est là qu'il nota à quel point il était mauvais pour exprimer ses sentiments à quelqu'un, mais ça ne l'arrêta pas. S'il devait ressembler à une mauviette, et bien c'est ce qu'il arriverait, mais il n'allait pas ruiner ce petit quelque chose qui pouvait vraiment devenir quelque chose d'important avec le temps. « Attends. On peut faire ça n'importe quand. Parlons pour l'instant. »

« Et embrassons-nous. » Ajouta T en souriant doucement et il pressa ses lèvres contre celles de Bill avec besoin et envie.

Ils s'embrassèrent pendant un moment, gardant leurs mains chez eux. Bill savait que c'était idiot, il savait que s'attacher à la star était une mauvaise idée, mais il n'était pas sûr d'uniquement pouvoir s'envoyer en l'air puis de partir. Et plus il y pensait, moins ça semblait simple.

Alors que Tom glissait sa langue dans le bouche de Bill, le téléphone se mit à sonner fort. À contrecoeur, le rappeur se retira et se pencha vers l'autre bout de la table, attrapant le téléphone sonnant ennuyeusement. « Quoi ? » Grogna-t-il dans le récepteur.

« Allume la télé, » Dit Bushido rapidement. « Il y a une histoire énorme à propos de ta dispute avec Bill ! La production n'est pas contente. »

Tom lâcha pratiquement son téléphone quand ses yeux se posèrent sur le garçon magnifique sous lui. Il savait que Bill était beau et c'était pourquoi il avait décidé de travailler avec lui comme photographe, mais il n'avait pas prévu d'être un tel con, c'était juste arrivé à cause d'une nuit bien trop longue la veille.

« Je dois y aller, mec. » Dit Tom hâtivement et il raccrocha, sautant du canapé et marchant jusqu'à sa télé.

S'il y avait vraiment toute une histoire autour de sa dispute avec Bill, il ne pourrait pas tenter quoi que ce soit avec le photographe alors, si ?

Tom trouva la chaîne qu'il cherchait et mit du volume.

« Aujourd'hui, notre rappeur préféré, T, avait une séance photo avec le merveilleux photographe, Bill Trümper. Malheureusement, les deux ne se sont pas bien entendu. » Annonça la femme, dont le nom, montré à l'écran, était Dana Waters et une petite photo apparut dans le coin de l'écran télé. « Quelqu'un présent lors de la séance a été capable de filmer toute leur dispute alors que quelques autres ont pris des photos du rappeur en train de jeter différente choses au buffet ... »

Le visage de la femme disparut et la photo fut agrandie avant qu'une vidéo ne démarre à partir de cette image, commençant lentement avec de petits bruits.

« Je veux de la putain de bouffe chaude ! » S'écria Tom à télévision. « Il gèle dehors aujourd'hui et si j'avais voulu avoir de la nourriture froide, j'aurais dit à ma mère de m'amener à manger ! »

Tom se mordit la lèvre et détourna le regard de la vidéo ; était-il vraiment une telle garce ?

« Ok, diva ! » S'écria Bill, mais il n'était pas dans le cadre. « Tu veux de la nourriture chaude ?! Il y a un micro-onde à moins d'un mètre de ton cul fainéant ! »

Tom grimaça et éteignit la télé. Il ne pouvait pas regarder ça. Il avait toujours voulu être reconnu comme un dur, mais jamais comme un qui n'avait pas de c½ur. Maintenant, sa mère et la majorité de ses fans allaient être fâchés sur lui ...

Bill avança à pas feutrés jusqu'à Tom qui était assis sur une petite chaise et se mit à califourchon sur lui, ses lèvres proches de l'oreille de Tom. « On devrait parler de ce payement maintenant. » Murmura-t-il en faisant courir ses doigts le long du corps de Tom. « Et ce sera de l'argent, même si j'ai d'autres moyens de me faire rembourser. »

Pendant bien des heures après ça, les deux discutèrent des choses que Tom allait faire pour le studio de Bill s'il ne voulait pas faire de chèque pour rembourser l'argent qu'il devait. Mais au moment même où Bill dit qu'il avait besoin d'un nouvel appareil photo qui coûtait exactement quatre cent euros, Tom s'empara de son ordinateur et le commanda immédiatement.

Le temps semblait infini, leur dispute, les mots blessants et les coups portés par Bill semblaient être des souvenirs lointains alors qu'ils parlaient de choses et d'autres. Bill expliqua ses précédentes relations, combien ses parents qui vivaient à Londres lui manquaient, la récente mort de son chien Maisey et combien il était dur pour lui de rester fâché avec quelqu'un plus de quelques heures ; Tom comprit le message caché dans la dernière partie plutôt facilement.

Tom raconta à Bill qu'il était un con avec presque tout le monde pour ne pas être blessé, mais il lui expliqua aussi combien il aimait être blessé physiquement. La façon dont Bill l'avait frappé plus tôt n'avait fait que l'exciter encore et encore. Tom aimait toutes les photos abstraites de Bill et montra même à Bill qu'il avait un jour acheté l'impression de la photo de la petite s½ur du photographe, une photo que Bill avait prise alors qu'elle était encore bébé et qu'elle dormait. Elle était cachée à l'arrière de la maison de Tom, dans une pièce où personne n'entrait jamais, mais au moins, il l'avait.

L'un des plus fâcheux sujets qu'ils abordèrent fut la dispute au studio de Bill. Tom s'excusa à plusieurs reprises, mais Bill l'embrassa, simplement pour s'excuser lui aussi. La réalité les frappa de plein fouet quand ils décidèrent de jeter un ½il sur leurs sites officiels ; depuis que la dispute avait été rendue publique par les médias et Internet, leurs comptes de visites quotidiennes avaient dramatiquement augmenté. Quand Bill avait vérifié ses emails, uniquement pour confirmer des rendez-vous, il avait plus de septante (soixante-dix) emails. Leur dispute leur faisait plus de publicité que tout ce qui pourrait leur arriver dans les dix ans à venir.

Ils décidèrent de rester discrets à propos de leur relation, ou ce que ça allait devenir. Quand ils le prirent cette décision, Bill demanda à Tom d'être fidèle jusqu'à ce qu'ils soient complètement sûrs de ce qu'ils représentaient l'un pour l'autre. Tom n'hésita pas une seconde à répondre positivement.

« Le soleil se lève. » Constata Bill, la voix affaiblie de ne pas avoir dormi. « Le ciel est seulement bleu, mais il sera bientôt levé ... »

Le rappeur fronça les sourcils et suivit le regard de Bill de l'autre côté de la fenêtre. « Quand est-ce que je peux te revoir ? » Demanda-t-il nerveusement.

Le photographe lui fit un grand sourire et se pencha vers lui, pressant ses lèvres contre celle de Tom. « Je reviendrais ce soir à la même heure et je repartirais avant l'aube, comme ça, personne ne me verra. »

« Ok. » Tom se leva et traversa la pièce, prenant quelque chose dans un petit meuble. « Ça te permettra d'entrer si je ne suis pas là. Je suis censé retrouvé Bushido et Samy Deluxe pour discuter des paroles pour le nouvel album de Samy. »

Tom donna ensuite un papier à Bill sur lequel était inscrit des numéros et une petite clé. « On continuera cette discussion ce soir, je veux savoir ce que nous sommes l'un pour l'autre. » Le rappeur lui offrit un sourire. « Oh, et je suis désolé d'avoir mis le bordel dans ton studio. »

Bill secoua la tête. « Je crois que tu vas te faire pardonner grâce à la superbe nuit de ce soir. »

Les deux hommes se dirigèrent vers la porte d'entrée en silence, puis Bill s'appuya contre le bois, observant les yeux bruns et doux de Tom. Qui aurait cru qu'autant de choses pouvaient changer en une seule nuit ? Bill ne pensait pas qu'il éprouverait autant d'intérêt pour Tom si rapidement, mais c'était le cas et il n'avait pas peur du tout.

« Bonne nuit, T. » Murmura-t-il avant de déposer un chaste baiser sur les lèvres du rappeur et d'ensuite se glisser en dehors de la maison et dans le monde extérieur, là où le soleil se levait à peine.


...
...

Bael ® _____

...
...
...

Tags : TokioBillHotel - Before Sunrise - MiniFiction - Day Night & Everything In Between - Chapitre O1

... ... Before Sunrise Only you, T. ... ... 25/10/2010



...
...

Copyright TokioBillHotel ©

...

3. Seulement toi, T.

...
...


Présent

Bill entra la combinaison digitale qui ouvrait le portail de la maison de Tom. L'androgyne était très jaloux de la santé financière de son petit ami. Depuis le moment où ils s'étaient mis ensemble l'année précédente, Tom avait gagné beaucoup de popularité. Et plus il devenait célèbre, plus il partait longtemps, mais quand il revenait, il n'y en avait que pour Bill. L'argent et la célébrité n'avaient jamais affecté les sentiments que Tom avait pour son Bill.

Alors que le portail s'ouvrait, Bill repensa au moment où ils s'étaient parlé pour la première fois. Tom lui avait là aussi donné la combinaison, mais quand Bill avait introduit les chiffres, ça n'avait pas fonctionné. Il avait forçé Shelly a trouvé le numéro de téléphone du rappeur -avant de la virer pour avoir vendu la vidéo de la dispute à la presse- et il l'appela. Bill ne savait pas pourquoi la veille, quand il avait été voir le rappeur, le portail était grand ouvert et que ce jour-là, il était fermé, mais il ne posait jamais de question au rappeur, ça, c'était une mauvaise idée.

Bill conduisit sa voiture jusqu'au sommet de la petite colline et la parqua devant la porte d'entrée. Son amant n'était sûrement pas encore chez lui parce qu'il avait un autre rendez-vous avec ses amis à propos de leur album, mais maintenant, Bill pouvait rentrer à l'intérieur de la maison sans avoir à attendre que Tom rentre.

Retirant de sa poche la clé maintenant rose, Bill ouvrit la porte d'entrée. Une fois qu'ils décidèrent de se mettre en couple, juste un mois après en avoir parlé pour la première fois, Tom avait fait faire une clé spéciale pour Bill avec une inscription qui disait « Petite Fée Homo » dessus. Ils en avaient tous les deux ri une fois que Bill eut giflé de Tom.

Bill retira son bonnet, ses lunettes de soleil et son écharpe en entrant dans la maison faiblement éclairée. « T ? » Appela-t-il en fermant la porte derrière lui.

Pendant quelques secondes, l'endroit fut complètement silencieux, puis Bill sentit son téléphone vibrer dans sa poche et il l'en sortit. C'était un appel entrant de T lui-même.

« Allô ? » Répondit Bill doucement en s'appuyant contre la porte, légèrement déçu que Tom ne soit pas encore rentré.

« Je suis désolé, mais les choses prennent plus de temps que je l'avais prévu. Tu es à la maison, en sécurité ? » Demanda le rappeur, la voix pleine d'inquiétude.

« Mmm, oui, je suis en sécurité, mais je dois ressortir pour fermer le portail ... » Le photographe se laissa glisser à terre et posa sa tête dans ses mains.

« Je ne devrais plus être très long, je le promets, mais Samy vient tout juste de nous faire voir une autre chanson et on essaye de voir si on aura assez de temps pour l'ajouter sur l'album ou si on en fait juste un single qui sortirait après. » Expliqua Tom lentement. « Peut-être que je pourrais partir en disant que j'ai mal au ventre ... Tu me manques beaucoup ... »

« Le travail passe avant moi T. Je vais bien. La pièce du fond a toujours besoin d'être rénovée et j'ai eu quelques idées aujourd'hui au travail. » Il y eut une courte pause et Bill su que Tom allait au moins essayer de quitter la réunion plus tôt. « Tu sais que Bushido m'a touché le cul ? »

« Pardon ? » Demanda Tom, pas fâché contre Bill, mais contre son ami. « Quand est-ce que s'est arrivé ? Je pensais que j'avais tout le temps été là ... »

Bill sourit légèrement ; il aimait savoir que Tom était un peu jaloux. Ils ne juraient jamais vraiment l'un en présence de l'autre, mais quand Bill entendit les doux grognements en fond sonore, il su que Tom était complètement scandalisé que Bushido ai fait une chose pareille. Ils étaient des professionnels et des hommes accomplis. Bushido n'aurait pas dû faire ça.

« La plupart du temps, oui, mais quand tu es allé aux toilettes, je regardais les photos et il s'est mis derrière moi et il a juste ... » S'arrêta Bill, laissant le soin à l'esprit de Tom de compléter le reste.

« Je voudrais vraiment pouvoir leur dire. Ça m'énerve vraiment de ne pas pouvoir. » Grogna Tom et il y eut un gros bruit à l'autre bout du fil.

Bill soupira doucement. « On pourrait, mais ça te ferait sûrement perdre ta production. S'il te plaît, ne frappe pas quoi ou qui que ce soit, T. Tu sais ce qu'il s'est passé la dernière fois que tu l'as fait ... »

La dernière fois que le rappeur avait frappé quelqu'un, ça avait été Bill. C'était une erreur, mais Bill avait quand même eut le nez ensanglanté et un ½il au beurre noir. Tom avait voulu garder son sang-froid, mais après ça, Bill avait mentionné ... ses relations précédentes encore une fois, et Tom n'avait pas pu le supporter.

« Tu sais que je suis désolé pour cette nuit-là, et là, c'était juste le mur ... » Tom fit une courte pause. « Je dois y aller Bill, Bushido vient tout juste de m'envoyer un message. »

« Ok ... » Dit Bill et il commença à retirer le téléphone de contre son oreille, mais Tom cria quelque chose et il arrêta. « Quoi ? »

« J'ai dit que je t'aimais et que j'allais essayer d'être à la maison le plus vite possible. » Répéta le rappeur. « Je vais vraiment partir d'ici Bill. Tu me manques. »

« Je t'aime aussi, T. Prends ton temps. J'ai ... Je peux trouver quelque chose à faire en attendant ... »

Bill raccrocha et posa son front sur ses genoux. Être tout seul chez Tom n'était jamais quelque chose qu'il appréciait et maintenant, seul Dieu savait pour combien de temps il devrait attendre.


* * *

Un doux son s'échappa d'une autre pièce de la maison et Bill se leva. Il était en train de travailler dans la pièce à l'arrière de la maison, pièce qui serait la sienne quand leur relation serait enfin publique. Enfin, ce serait la pièce qu'il utiliserait s'il devait un jour se mettre à l'écart de Tom, si ça arrivait un jour.

Bill ouvrit la porte de la pièce et longea lentement le couloir, pour ensuite être attrapé par les hanches par les mains fortes de Tom. Bill n'était pas chez Tom depuis plus d'une heure, donc il ne s'attendait pas vraiment à le voir revenir si rapidement.

« Hey. » Dit le photographe en souriant doucement, rougissant du rose le plus doux.

« Hey. » Murmura Tom, se penchant en avant, plus près des lèvres de son amant, puis il s'arrêta. « Prends ton bonnet et tes lunettes. Je veux te montrer quelque chose. »

Bill fronça les sourcils, mais embrassa Tom chastement. « Où est-ce qu'on va ? Je voulais rester ici cette nuit ... »

« Oui, je sais, mais c'est important et je sais que tu vas aimer. S'il te plaît ? On sera revenu dans deux heures. » Chuchota Tom, ses lèvres se mouvant contre celles de Bill alors qu'il parlait.

« Tom, tu m'allumes encore ... »

Ce que Bill voulu dire ensuite, s'il avait voulu dire autre chose, fut perdu dans la bouche de Tom alors qu'ils approfondissaient les baisers qui leur avaient tellement manqués pendant les quelques heures qu'ils avaient passées loin l'un de l'autre. Tom caressa la langue de son amant de la sienne et haleta quand il se rendit compte que le piercing n'y était pas.

« Quoi ? » Demanda Tom, ouvrant la bouche de Bill en tirant sur son menton. « Ahh. Pourquoi ? »

Bill rit doucement et tira la langue à Tom. « Il m'ennuyait plus tôt dans la journée alors je l'ai retiré, mais maintenant, je ne le retrouve plus. J'en achèterais un nouveau, un de ces jours. »

Le rappeur geint et agrippa les hanches de Bill. « J'aimais ce truc. Maintenant, s'embrasser c'est pas drôle ... »

« Espèce de con. » Le photographe fit la moue et envoya un coup dans le front du rappeur. « J'ai une langue très douée, percée ou pas. »

Tom recula rapidement et courut le long du couloir, ouvrant la porte de sa chambre en grand et se précipitant vers sa table de nuit. Bill rit en suivant son amant. Tom était complètement obsédé par le piercing de Bill et ce, depuis le premier jour. Bill se jeta sur le lit alors que Tom fouillait dans le tiroir.

« Ha ! » S'exclama Tom, tenant un petit sachet plastique devant le visage de Bill. « J'ai acheté ça pour toi il y a des mois, mais j'oubliais tout le temps de te le donner. »

C'était un piercing pour la langue. Bill prit le sachet et secoua la tête, retirant le piercing de l'emballage. « Pourquoi est-ce que tu as ça ici ? »

Alors que Bill glissait précautionneusement le piercing sur sa langue, Tom lui lança un sourire satisfait et le poussa pour qu'il s'étende sur le lit. « Parce que j'ai pensé qu'un jour, tu aurais besoin d'un autre piercing. » Murmura Tom en joignant ses lèvres à celle de Bill, léchant ensuite le piercing et gémissant de la satisfaction procurée par la friction.

Bill haleta légèrement. Ils ne planifiaient jamais les choses qu'ils faisaient avant qu'elles n'arrivent, la plupart du temps, ce n'était même pas spécialement bon parce qu'ils étaient saouls, mais Bill eut le sentiment que cette fois-ci, ils allaient bien s'amuser et ça n'allait pas être du sexe chaud et érotique qui finirait avant même qu'ils ne s'en rendent compte.

Les mains de Tom glissèrent le long du corps de Bill pour aller empoigner le cul parfait de l'androgyne et Tom le serra doucement. Bill tressaillit et miaula de plaisir. Leurs mouvements étaient rapides et non réfléchis, mais aucun des deux ne s'en souciait, il avait besoin l'un de l'autre et c'était le seul besoin qu'ils voulaient satisfaire pour l'instant.

« Tom ... » Gémit Bill, ses mains étaient dans les dreadlocks de Tom, tirant doucement.

Tom retraça une nouvelle fois la lève inférieure de Bill avec sa langue avant de se retirer, les joues rouges et les lèvres gonflées des baisers exigeants. « Quoi ? » Demanda-t-il, bougeant ses lèvres dans le cou de Bill, léchant gentiment le suçon qu'il y avait laissé quelques heures plus tôt. « Est-ce que quelqu'un a vu ça ? »

« Daavid, mais ... j'ai menti ... » Haleta Bill.

Tom mordit gentiment la gorge du jeune homme et passa ses doigts sous sa chemise. « Qu'est-ce que tu lui as dit ? » Tom respirait chaudement contre son cou, passant le bout de sa langue le long de la peau douce et laiteuse.

Bill ferma les yeux d'un coup. « Que la nuit dernière ... Je me suis un peu trop amusé ... dans un club ... »

Le rappeur grogna à l'oreille de Bill et lui embrassa durement les lèvres. Tom n'aimait pas le mensonge, spécialement quand il indiquait à tous que Bill papillonnait encore avec n'importe qui. Tom avait complètement éliminé son image de playboy, racontant aux gens qu'il détestait devoir se faire tester pour des MST autant de fois par mois.

Tom enfonça brutalement sa langue dans la bouche de Bill et suça sa langue jusqu'à ce qu'elle sorte de sa bouche, puis qu'elle vienne dans la sienne. Il la caressait intensément de la sienne, les faisant rouler ensemble en une danse enivrante.

Bill accepta le traitement parce qu'il savait que Tom était jaloux du fait qu'il mentait toujours au sujet de son image publique. Leurs lèvres continuèrent à bouger comme s'ils n'étaient qu'une seule personne pendant quelques minutes, jusqu'à ce que Bill ne tire fort sur les cheveux de Tom, l'arrêtant dans son élan.

« Je suis la seule personne à faire ces suçons. Tu ferais mieux de t'en souvenir. » Dit Tom d'une voix haletante.

Le photographe soupira doucement et poussa Tom sur le dos avant de se mettre à califourchon sur son bassin. « Seulement toi, T. » Bill commença à balancer doucement ses hanches, se frottant contre celles du rappeur. « Je pensais qu'on allait faire un tour. » Murmura-t-il en arrêtant ses mouvements.

Tom gémit et leva les hanches, faisant pousser un petit cri aigu à Bill. « Non, on ira un autre jour. J'ai envie de toi maintenant. »

Bill sourit et se coucha sur son amant. Tom n'était jamais doué avec les mots, mais le photographe fondait toujours quand il lui disait qu'il avait envie de lui. « À quel point ? » Chuchota Bill à son oreille, mouvant son corps contre celui de Tom, leurs aines se frottant ensemble à travers le tissu de leurs pantalons.

« Uhhh ... » Tom marmonnait des mots au hasard sous lui, incapable de parler plus fort et il glissa sa main dans la poche arrière du jean de Bill.

« Fort. » Finit-il par dire alors que Bill poussait ses hanches vers les siennes.

Bill rit hors d'haleine et s'assit, appuyant toujours son cul contre l'aine de Tom. Le jeune homme aux cheveux ébène caressa gentiment le torse du rappeur avant de glisser ses mains sous sa chemise et de la faire remonter près de la gorge de Tom. Faisant comme s'il était plongé dans ses pensées, Bill coinça sa langue entre ses lèvres, le piercing brillant à la lumière du soleil venant de la fenêtre ; Bill savait parfaitement de quelle manière il devait allumer Tom.

Le rappeur leva les bras au-dessus de sa tête et ferma fort les yeux. Bill tira doucement et malicieusement la chemise au-dessus de la tête de Tom et la jeta à travers la pièce, il lui retira ensuite sa casquette et son bandeau.

« Tu es vraiment plus sexy avec, mais là, ils sont dans mon chemin. » Murmura Bill à son oreille et il commença à lécher doucement le long de sa gorge.

Tom grogna et repousse Bill de sur lui. « Tu m'allumes bien plus que je ne le fais. » Gronda-t-il, commença à déboutonner le pantalon de Bill, le descendant ensuite le long de ses jambes. Il fit un grand sourire quand il vit que son amant ne portait pas de sous-vêtement. Tom détestait faire traîner les choses, mais c'était une chose que Bill aimait faire.

Le dreadeux se leva et se débarrassa de ses chaussures, chaussettes, pantalon et sous-vêtement avant de ramper au-dessus de Bill et de pousser ses hanches contre les siennes durement. Bill haleta et Tom fit de même. Le rappeur se pencha en avant, ses lèvres effleurant la peau douce de son amant avant qu'il ne les referme autour de la chair tendue d'un des tétons de Bill.

Un doux pleurnichement s'échappa des lèvres de l'androgyne. « T, s'il te plaît ? » Supplia-t-il en agrippant la couverture et se cambrant.

T sourit complaisamment et effleura le visage de Bill pour le taquiner, ses lèvres tout juste hors de portée. « Avec ou sans ? » Murmura-t-il.

« Oh Mon Dieu, sans. J'ai besoin de te sentir ... » Dit le photographe tout haut, joignant rudement ses lèvres à celles de Tom.

Depuis qu'ils avaient commencé à avoir des rapports sexuels, ça avait été la première chose qui avait été demandée ; avec ou sans préservatif ? Ils commencèrent avec et continuèrent à en utiliser pendant plusieurs semaines jusqu'à ce que Tom se rende compte un soir qu'ils n'en avaient plus. Aucun des deux n'était dans un état assez décent pour aller en acheter et aucun des deux n'avait envie d'attendre. Bill fit confiance à Tom et cette nuit-là, ils firent l'amour sans préservatif.

Tom haleta et se retira lentement, se penchant vers la table de nuit pour prendre l'objet favori de Bill : le lubrifiant. C'était constamment froid et existait toujours, toujours plus Bill qu'il ne l'était avant. Tom se pencha à nouveau, partageant un baiser vraiment langoureux avec Bill, puis le tirant sur lui et lui quémandant le plus de passion possible. Bill la lui donna.

Alors qu'ils joignaient leurs lèvres à maintes reprises, Tom enduit distraitement deux de ses doigts avec le lubrifiant glacial et les glissa à l'intérieur de son amant. Ils faisaient déjà tous les deux beaucoup de bruit et Tom ne savait pas vraiment dire ce qui le produisait : ses doigts, la façon dont son ventre se frottait à l'érection palpitante de Bill ou la façon dont il faisait glisser sa langue contre celle de Bill ; ce qui faisait du bruit n'avait pas d'importance, Tom aimait ces bruits.

Les minutes passèrent alors que le rappeur étirait son amant et ils s'embrassaient avec le désespoir de pouvoir nourrir le monstre qui voulait l'autre homme de plus en plus. Il leur semblait impossible de satisfaire ce monstre dernièrement, ce qu'il voulait la plupart du temps était en avoir autant que possible avant de faire en sorte que les deux jeunes hommes ne s'écroulent parce qu'ils en avaient eu trop.

« Tomi ... » Haleta Bill dans sa bouche, les ramenant tous les deux dans un état de conscience.

Tom lui fit un sourire satisfait et se retira légèrement. « Tu n'es pas mièvre, huh ? » Haleta-t-il en retirant lentement ses doigts de la chaleur étroite de Bill.

« Petit con. » Grogna le photographe avant de le gifler. « Je suis tellement excité que je ne peux plus réfléchir. Baise-moi merde et je ne le redirais pas. »

Le rappeur gémit de la manière rauque et basse dont Bill venait de parler. Ça lui donnait envie de s'enfoncer profondément en Bill et de ne jamais en ressortir. Lentement -parce qu'il avait envie d'étendre le processus- Tom se plaça entre les jambes de son petit ami et releva ses hanches pour qu'elles reposent directement sur ses cuisses. Tom pouvait sentir la chaleur de l'entrée plissée de Bill et était en train de résister au désir de s'enfoncer d'un coup dedans. Il ne voulait pas blesser Bill.

Lentement, comme la chose la plus torturante de sa vie, Tom s'avança, effleurant son amant, les mains de chaque côté de sa tête. Tom aimait le regard que Bill avait quand il se glissait en lui, mais il savait que c'était de la douleur mélangée à de l'infime plaisir. Bientôt, ce ne serait plus que du plaisir, mais à l'instant ce n'était pas encore ça.

Tom attendit une fois qu'il fut entièrement en Bill. Ça ne prenait jamais longtemps et même quand il était saoul, il devait attendre, donc il y était plutôt habitué, mais cette fois-là, quelque chose était différent. C'était peut-être le fait qu'ils soient tous les deux sobres ou qu'ils faisaient les choses différemment ou peut-être juste que la nuit précédente n'avait été que de la baise jusqu'à en avoir envie de vomir. Quoi que ça puisse être, Bill et Tom en étaient heureux.

« T ... » Haleta Bill, ses doigts bougeant doucement sur le torse doux de Tom. « Aime-moi, s'il te plaît ... »

Haletant à l'entente du besoin présent dans la voix de Bill, Tom avança, sa poussée douce et la plus aimante possible à ses yeux. C'était bizarre de faire l'amour après la nuit précédente. Tom voulait de l'amour pourtant et Bill aussi. Bill avait irrésistiblement eu besoin d'amour depuis la séance photo plus tôt. La façon dont Tom le regardait, avec ses yeux adorateurs et admirateurs entre chaque photo et dans les coulisses ... Ça donnait envie à Bill de vouloir Tom, encore et encore.

Tom s'enfonça un peu plus vite, toujours de façon aimante, mais plus forte, il voulait que Bill crie. Et c'est ce que Bill fit. Tom enfonça son gland tout juste dans le bon angle, l'angle qui faisait miauler Bill de façon tapageuse et le faisait supplier pour tellement plus.

Les hanches de Tom bougèrent plus vite alors que Bill remuait les siennes en rythme. Bill savait exactement de quelle manière il devait bouger ses hanches pour déchaîner Tom et comme il le fit, Tom ne pu plus se retenir. Il s'enfonça plus fort, empêchant Bill de respirer pendant à peine une seconde avant de pilonner plus fort son petit corps.

C'était comme si seulement quelques secondes étaient passées avant que Bill ne griffe le dos de Tom avec ses ongles et ne se cambre sur le lit, jouissant partout sur son ventre ; parfois, Tom était trop bon.

La star dreadée s'enfonça plus fort, essayant de jouir avant que Bill ne se sente plus à l'aise. La chaleur dans son ventre brûlait tout son corps, mais très vite, c'était fini et il déversa sa semence en Bill, la sentant couler le long des cuisses et du cul de Bill.

« Ugg. » Grogna Tom, se retirant rapidement du seul endroit où il voulait vraiment rester. « Merde ... » Marmonna-t-il avant de se blottir tout contre son petit ami, refermant ses bras étroitement autour de lui alors qu'il l'attirait contre son torse.

Bill soupira gaiement et frotta son nez contre le haut du torse de Tom, ses cheveux chatouillant le nez du rappeur. « Ça, c'était un mélange entre baiser et faire l'amour. » Chuchota-t-il, pouffant doucement de rire contre la peau suante devant lui.

Tom rit doucement. « Je t'ai dit plus tôt que je devais te montrer quelque chose, mh ? » Demanda Tom quelques instants plus tard et Bill acquiesça, sa tête touchant toujours le torse de Tom. « Ça attendra. Ça a quelque chose à voir avec mon album, mais je viens de changer d'avis. Quand il sortira dans deux semaines, tu verras. »

Bill releva les yeux vers Tom, les sourcils froncés. « Tu dis n'importe quoi, mais peu importe ... Tomi. » Bill pouffa de rire quand Tom écarquilla les yeux. « Est-ce que ça t'excite ? »

« Oui, alors maintenant arrête. » Ordonna Tom en pinçant la hanche de Bill. « Je n'ai pas envie de gâcher ce moment à cause d'une trique. »

Bill baissa les yeux et éclata de rire. « Trop ... tard ! » Réussit-il à dire entre ses éclats de rire.


...
...

Bael ® _____

...
...
...

Tags : TokioBillHotel - Before Sunrise - MiniFiction - Day Night & Everything In Between - Chapitre O2

... ... Before Sunrise Go to the Comets with me. ... ... 25/10/2010



...
...

Copyright TokioBillHotel ©

...

4. Viens aux Comets avec moi.

...
...


Bill fronça les sourcils alors que l'horloge continuait son tic-tac incessant ; le temps passait trop lentement. Il souhaita qu'il puisse juste en avoir fini avec cette stupide séance photo pour pouvoir rentrer voir Tom. Il avait supplié Bill toute la journée de finir son travail aussi vite qu'il le pouvait, mais quand Bill avait commencé à rassembler ses affaires pour partir, une réservation tardive avait pointé le bout de son nez, sanglotant en s'excusant d'être tellement en retard. Si elle n'avait pas été en train de pleurer, Bill lui aurait dit de partir.

« Mademoiselle, je dois vraiment rentrer pour m'occuper de choses importantes, pouvons-nous clôturer la séance ? » Demanda-t-il d'un ton doux et très agréable.

Gemini, c'était seulement son nom de scène, se tourna vers lui, ses yeux verts lui jetant un regard perçant. « Nous terminerons quand je dirai que nous avons quelque chose de bon. » Siffla-t-elle avant de se placer différemment sur le petit canapé en tirant sa petite jupe vers le bas pour ne pas en monter 'trop'. Même si elle était déjà seins nus ...

Bill leva les yeux au ciel et jeta un ½il au comptoir où se trouvait son ordinateur. « Nous avons déjà plus de deux cents photos et vous n'en avez vu qu'une petite partie. » Signala-t-il timidement ; cette fille était une salope enragée. « Je pourrais vous les envoyer, vous pourriez me dire s'il y en a que vous n'aimez pas et nous pourrions choisir les photos adéquates un autre jour ... »

Gemini se leva et traversa rapidement la pièce, vers l'endroit où Bill se trouvait. « Ecoute-moi bien, je te dis quoi faire, et pas le contraire. Je te paie, tu t'en souviens ? »

Laissant un grondement sortir d'entre ses lèvres, Bill agita son doigt devant le visage du mannequin. « Ecoute-moi bien. Je suis là, passant mon temps à essayer de t'avoir un putain de job. Ce n'est pas ma faute si tu étais en retard, merde. Donc maintenant, même si tu n'en as rien à faire, je m'en vais. David va finir la séance ; il est tout aussi bon que moi. Et si tu as des questions, n'hésite pas à les garder pour toi. »

Les yeux du mannequin s'écarquillèrent alors que Bill tournait les talons et plaçait son appareil photo dans son sac. « Mon autre appareil est dans mon bureau, tu peux utiliser celui-là. Bonne nuit, David. » Dit Bill, puis il se pencha à l'oreille de son bras droit. « Si elle n'est pas partie dans vingt minutes, jette-la dehors. »

David rit doucement alors que Bill quittait le studio, entrant dans le monde extérieur, là où le soleil se couchait lentement. Bill fronça les sourcils ; ce soir, il n'aurait pas autant de temps que d'habitude à passer avec Tom. C'était terrible, parce qu'ils ne s'étaient pas vus depuis presque trois jours, sauf quand Tom avait 'oublié' sa casquette au studio la veille, mais même à ce moment-là, ils avaient agi comme s'ils se détestaient.

Bill était pratiquement en train de courir jusqu'à sa voiture avant de grimper à l'intérieur, il sortit son téléphone de l'espace de rangement sous l'accoudoir et l'amena à son oreille après avoir composé le numéro de Tom.

Le téléphone sonna quatre fois avant que le rappeur ne décroche enfin. « Allô ? » Répondit-il, haletant légèrement.

« Je me suis enfin débarrassé de cette salope, je quitte le studio maintenant. » Répliqua Bill, démarrant sa voiture et quittant la place de parking. « Qu'est-ce que tu fais ? »

« Mon ventre n'est pas si beau ces derniers temps alors je m'entraîne. »

Bill grogna, mais garda les yeux sur la route ; Tom s'entraînait seulement quand il était énervé, peu importait combien il était beau ou pas. « Quel est le problème, T ? »

La ligne fut silencieuse pendant quelques instants, mais Bill savait que son petit ami était toujours là, il ne raccrocherait jamais au nez de Bill une nouvelle fois, sauf s'il voulait une interdiction de sexe pendant deux semaines. « L'album a finalement eu raison de moi. Je suis vraiment fatigué et je ne vois jamais la personne avec laquelle j'ai envie de passer tout mon putain de temps. Cette merde me rend malade. »

Le photographe fronça les sourcils et tourna dans la rue précédant celle de Tom. « C'est dur pour nous deux, mais quand j'arriverais, je te ferais un massage et appellerais quelqu'un pour qu'on ai une table privée dans un restaurant. On va se détendre ce soir, pas de coups de téléphone et pas de mails. Juste nous. »

Tom soupira doucement. « Merci Bill. Mon Dieu, je ne sais vraiment pas ce que je ferais sans toi. » Murmura-t-il doucement, un sourire évident dans la voix.

« Je ferais tout pour toi. Hey, je suis dehors. Je serais là bientôt. »

« T'aime. » Marmonna Tom doucement.

Bill pouffa et entra le code de sécurité d'une main tout en tenant toujours son téléphone de l'autre. « Non. Dis-le comme il faut. »

Tom laissa un grognement frustré lui échapper et la ligne fut coupée ; il devrait se passer de sexe pendant peut-être un mois. Bill fit la moue et jeta son téléphone sur le siège à côté de lui. Tom n'était pas autorisé à juste dire t'aime parce que ... eh bien, Bill n'avait pas de bonne raison, le rappeur n'y était juste pas autorisé.

Après s'être assuré que le portail était correctement fermé, Bill courut dans la maison et monta l'escalier vers la salle de sport. Le photographe pouvait entendre les doux halètements de Tom alors qu'il ouvrait la porte. Là, devant lui, se trouvait Tom, tenant une barre au-dessus de sa tête alors que la sueur coulait le long de sa peau. La respiration de Bill se bloqua dans sa gorge et Tom reposa les poids au sol.

« Ça, c'était rapide. » Haleta Tom en traversant lentement la pièce.

Bill laissa un petit rire doux, mais nerveux lui échapper et s'appuya contre le cadre de la porte alors que Tom l'étreignait et lui donnait un baiser profond et amoureux. Bill se rendit alors compte que Tom avait retiré son piercing.

Tom recula très légèrement et caressa la joue de Bill. « Tu parais fatigué toi aussi. Peut-être qu'on ne devrait pas sortir. On peut toujours rester ici et ne rien faire. »

Bill secoua la tête et colla ses lèvres à celles de Tom. « J'ai envie de te sortir ce soir, T. Il faut qu'on s'échappe un peu de tout ça de toute manière et je connais l'endroit parfait pour ça. S'il te plaît ? On dormira cette nuit et tous les rendez-vous de demain sont pour David ... »

Tom afficha un sourire en coin satisfait et sortit son téléphone de la poche de son short de gym. « Donne-moi quinze minutes et je vide mon emploi du temps. » Tom embrassa Bill brièvement avant de traverser la pièce, son téléphone collé à son oreille.

Parfois, Bill se demandait s'ils rendraient leur relation publique un jour, parce que c'était dans ce genre de moments qu'il avait envie de le faire. Quand Tom le touchait si subtilement, les bouts de ses doigts calleux effleurant à peine les hanches de Bill. Bill voulait que tous les yeux du monde soient posés sur lui quand Tom lui chuchoterait les mots les plus doux au creux de l'oreille –ce qui n'arrivait pas souvent-, Bill voulait que tout le monde puisse l'entendre. Et plus que tout, il voulait pouvoir marcher sur le trottoir, la main de Tom dans la sienne, sans avoir à porter de drôles de vêtements qui leur faisaient ressembler à des personnes qu'ils n'étaient pas ...

Le photographe fut sortit de ses pensées alors que Tom attachait ses lèvres aux siennes, ses bras s'enroulant autour de la taille de Bill de la façon la plus attrayante et attentionnée qu'il soit. « Je suis libre pour les trois prochains jour. Bushido doit voir sa mère. Elle s'est cassé une jambe. »

Bill lui fit un grand sourire. « Est-ce que ça veut dire que je t'ai rien que pour moi pour les trois prochains jours ? Rien qu'à moi, sans interruptions ? »

Tom retira ses mains du corps de Bill et retira ensuite la batterie de son téléphone, laissant tomber les deux parties au sol. « Pas d'interruptions. Est-ce que tu peux avoir trois jours de libre aussi ? » Demanda Tom, la voix légèrement nerveuse.

« C'est mon studio. David doit m'écouter. »

T afficha un sourire satisfait et embrassa le front de Bill. « Je t'aime. » Chuchota-t-il alors que ses doigts caressaient légèrement la peau douce des hanches de Bill.

« Je t'aime aussi. » Murmura Bill, collant ses mains à la peau suante de Tom.

Ils restèrent là pendant quelques minutes. Les lèvres de Tom déposaient occasionnellement un nouveau baiser sur le front de Bill, mais ils ne se séparaient pas. Mais finalement, ils se séparèrent et les mots leur manquant, ils se dirigèrent vers la salle de bain et se déshabillèrent. T ouvrit les robinets, faisant couler l'eau, sachant à quelle température ils l'appréciaient et il grimpa dans la cabine de douche.

« Bill, est-ce que tu peux aller chercher mon piercing dans la salle de gym ? » Murmura-t-il. « Il est sur le mini-frigo. »
« Ok, garde l'eau chaude et ne commence pas encore à te laver. »
Bill pouffa et remua ses doigts de façon joueuse en direction de Tom avant de quitter la pièce et marcher lentement le long du couloir.

Il frissonna au contact de la légère brise présente dans l'autre pièce, mais avança rapidement vers mini-frigo. Mais juste avant qu'il ne s'empare du piercing, il vit une petite boîte noire et brillante munie d'un ruban doré ; qu'est-ce que c'était ? Bill connaissait la créatrice, mais il n'arrivait pas à comprendre pourquoi Tom avait acheté une de ses créations ; elle ne faisait que des bagues de fian--.

La mâchoire de Bill se décrocha et il s'empara de la boîte, l'ouvrant rapidement. Là, lui retournant son regard ébahi, se trouvait une fine bague en argent munie de quelques diamants logés dans le métal. À l'intérieur du couvercle se trouvaient quelques mots : Je t'aime Bill.

« Est-ce qu'il ... ? » Commença à se demander Bill, mais il s'arrêta. Si Tom ne voulait pas que Bill la voit, il ne l'aurait pas laissée là, n'est-ce pas ?

Bill courut hors de la pièce, la boîte fermement enserrée dans sa main. Il ouvrit la porte de la salle de bain à la volée et vit Tom, debout au milieu de la pièce, un sourire satisfait ornant ses lèvres, tout comme un autre piercing.

« Tu ... mais ... » Bégaya Bill et il lâcha la boîte qui tomba au sol, se jetant sur Tom. « Quoi ? »

Tom gloussa silencieusement et se détacha de Bill juste assez longtemps pour prendre la petite boîte qui était toujours au sol. Il appuya Bill contre le comptoir et ouvrit à nouveau la boîte. « Je t'aime. » Murmura-t-il en glissant la bague à l'annulaire gauche de Bill. « Je suis mauvais pour ce genre de choses, mais tu sais que je t'aime. Ça fait seulement un an, je le sais et tu peux dire non, mais je t'aime et ça ne changera pas. »

Bill gifla la joue de Tom. « Idiot, oui. » Réussit à dire Bill avant que ses larmes ne commencent à couler.

Se penchant tout près, Tom joignit ses lèvres à celles de Bill, ses mains agrippant ses hanches.

« Pourquoi ? » Pleurnicha Bill contre ses lèvres.

Tom avait l'habitude de dire que le mariage était la chose la plus idiote que quelqu'un puisse faire et que se marier était comme se condamner soi-même à l'enfer sur terre ; pourquoi avait-il soudainement envie de se marier avec Bill ?

« Parce que je sais que je n'arrêterais jamais de t'aimer. Pourquoi attendre pour le demander alors que je sais que tu mérites de savoir que je ne vais aller nulle part à présent ? » Répliqua le rappeur en laissant ses mains glisser le long du corps de Bill pour agripper son cul. « Je pensais que c'était le bon moment. »

Bill frotta son front contre le torse de Tom, puis y appuya les mains. « Tu ne te condamnes pas toi-même à l'enfer sur terre ? »

Le dreadeux rit subtilement. « Non. Tu es tellement ... aventureux et spontané et prêt à faire tout au moins une fois, donc je sais que le reste de ma vie va être excitant et ... » Tom secoua la tête. « Je suis tellement mauvais avec les mots, Bill. »

« Non, tu ne l'es pas. »
Bill sourit en essuyant quelques larmes.

« C'est juste que ... Je sais qu'être ensemble tous les jours va être difficile jusqu'à ce qu'on rende notre relation publique, mais je veux que tu saches qu'importe combien ça sera dur avant et après que j'ai envie de toi, je serais là. » Tom plongea son regard dans celui de Bill et posa ses mains sur ses joues. « Je sais que la vie avec toi va valoir la peine de tout ce qu'on va traverser, quoi que ce soit, pour arriver à atteindre cet endroit heureux que je sais que tu veux atteindre. »

« Je déteste pleurer, Tom, mais regarde ce que tu me fais ... » Bill renifla et attira Tom dans un câlin étroit. « Je t'aime et ... je veux qu'on rendre notre relation publique ... bientôt ... »

« Je sais, je sais. » Roucoula Tom en frottant le bas du dos de Bill. « Bientôt, Bill, bientôt ... »


* * *


« Viens aux Comets avec moi. » Dit Tom abruptement en attirant Bill plus près de lui.

Bill leva les yeux vers Tom alors que ses doigts continuaient à faire tournoyer sa bague autour de son doigt. « Je ne peux pas T. Premièrement, parce que je suis sensé être un photographe pour les gagnants et deuxièmement, parce que je suis supposé te détester. »

Le rappeur leva les yeux au ciel et éteignit la télé. « Et alors ? Mon album sort le jour avant la remise des prix, donc on peut toujours dire qu'on essaye de se faire plus de publicité en t'amenant, toi et ton petit groupe. David peut faire le truc de la photo du gagnant, n'est-ce pas ? »

« Je ne sais pas. Il pourrait le faire, mais ... Je ne sais pas. » Bill baissa les yeux, fixant son regard sur le torse de Tom. « Je pourrais, mais je ne serais pas capable de garder mes mains chez moi quand tu gagneras. »

« Ce serait un moyen sûr de rendre notre relation publique mh ? Je peux déjà l'imaginer. Ils disent mon nom, et alors je t'attire sur mes genoux et on s'embrasse fougueusement. »
Expliqua T, le visage de Bill s'éclaira d'un joli rougissement. « Oh, tu aimes ça ? Ça ne me dérangerait pas de t'embrasser fougueusement en face de millions personnes. Ce serait fun. »

« Je ne pense pas que ce serait la meilleure façon de prendre les choses en main, mais je viendrais avec toi ... Juste, pas m'asseoir à côté de toi ... Je ne me contrôlerais pas si je m'assois à côté de toi. »
Murmura Bill et il s'approcha plus près de son oreille. « J'ai voté pour toi. »

Un léger et doux rire quitta les lèvres de Tom. « Évidemment que tu l'as fait. Je t'ai vu voter la nuit derrière, quelque chose comme cinquante fois. »

« Tu sais que tu as une façon très intéressante de te tenir sur scène, spécialement quand Bushido sort. Tu mérites d'avoir le Best Live Act, T. »
Bill lui fit un petit sourire mignon et glissa ses mains juste sous la chemise de Tom. « Moi, dormant avec le meilleur acte live ... Un rêve qui devient réalité. »

Tom rit doucement et embrassa son petit ami directement sur les lèvres. « Ces trois dernières années, Bushido a été le meilleur acte live. »

« Et ... ? »
Pouffa Bill.

La mâchoire du rappeur se décrocha. « Tu as eu une touche pour lui ? » Demanda-t-il, complètement abasourdi.

« Il était célèbre, je voulais l'être parce que la photographie ne me menait nulle part. Mais grâce à quelqu'un qui a été un véritable trou du cul avec moi, ma carrière a décollé. » Bill sourit doucement.

Tom poussa Bill sur le dos et effleura ses hanches. « Je suis un trou du cul, vraiment ? Qui est venu ici et m'a frappé en pleine figure ? »

« Je n'ai pas dit que j'étais gentil, si ? »
Bill pouffa et poussa le torse de Tom. « Ne pense pas que tu vas réussir à entrer dans mon pantalon, T. Rappelle-toi de ce que tu n'as pas fait il y a quelques jours ? »

Tom grogna et mordit la gorge de Bill. « Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime. » Murmura-t-il avant de le lâcher. « S'il te plaît, excuse-moi. J'étais nerveux à ce moment-là et je n'avais pas envie de dire quoi que ce soit qui m'aurait rendu fou avant que tu n'entres. »

Bill fit la moue et donna un petit coup sur le torse de Tom. « Non, je reste sur mes positions. On pourra coucher ensemble la nuit des Comets ; ça fait exactement trois semaines en comptant hier. »

Tom pleurnicha. « Oh Mon Dieu. Tu veux me tuer, n'est-ce pas ? » Demanda-t-il et il glissa ses mains pour empoigner le cul de Bill. « Je dois entrer là. »

Bill secoua la tête et tira sur les dreads de Tom. « Tu aurais du y penser avant. Ça va être bien de ne pas le faire pendant quelques semaines ; imagine combien je vais être plus étroit ... » Murmura Bill de façon séductrice.

Le rappeur soupira lourdement et fixa Bill dans les yeux. « Rien du tout pendant trois semaines ou juste pas de sexe ? »

« Juste pas de sexe. Ce n'est pas comme si je pouvais complètement garder mes mains chez moi. Tu es fou si tu pensais que je serais capable de faire ça. »


Ne voulant pas perdre une seconde, Tom colla ses lèvres à celles de Bill et bougea ses mains pour s'emparer de ses hanches étroites. S'ils ne devaient pas coucher ensemble, Tom allait faire en sorte que Bill soit si chaud qu'il céderait. Tom fit la chose qui déchaînait toujours Bill ; il commença à frotter légèrement le côté de ses cuisses et à sucer sa lèvre inférieure.

Bill haleta, mais ne se retira pas ou ne lui donna pas moins qu'il lui donnait habituellement. Il avait tout de même légèrement besoin de Tom après tout. Alors qu'ils s'embrassaient la porte d'entrée s'ouvrit et les deux meilleurs amis de Tom entrèrent silencieusement ; Bushido et Samy Deluxe. Les deux amants ne les entendirent pas alors qu'ils continuaient à s'embrasser langoureusement, gémissant comme des fous.

Bushido rit. « Qui tu penses qu'il essaye de baiser cette fois ? » Demanda-t-il doucement à Samy.

L'autre rappeur haussa des épaules et avança lentement dans la maison, trouvant Tom sur le canapé, au-dessus de ce qui semblait être une fille mince avec des cheveux noirs, Bushido le suivit de près. Les deux restèrent derrière le canapé pendant un moment avant que Bushido n'avance ses mains au-dessus des deux personnes couchées sur le canapé avant de frapper dans ses mains.

« Surprise, T ! » La voix de Bushido retentit et les deux personnes couchées sur le canapé se séparèrent brutalement.

Alors que les deux rappeurs toujours debout baissaient le regard, ils se rendirent compte de qui se trouvait sur le canapé, haletant et rougissant. Tom se penchant en arrière et regarda longuement ses deux amis. Il avait gardé sa relation avec Bill secrète pendant si longtemps, n'expliquant jamais quoi que ce soit ou pourquoi il appelait tout le temps quelqu'un durant les dîners et était tellement ... affectueux avec cette personne. Il ne pouvait pas faire confiance à Bushido et Samy pour quelque chose comme ça, même s'ils étaient ses meilleurs amis.

La pièce resta silencieuse, un silence mal à l'aise prenant place. Bushido avança d'un pas et jeta un ½il au-dessus du canapé ; c'était bel et bien Bill Trümper assis là, haletant doucement et regardant dans le vide. Comment les choses avaient-elles pu leur être dissimulées ainsi ? N'étaient-ils pas censé être meilleur ami ?

Tom bougea lentement vers Bill alors que le photographe s'asseyait correctement. « Je suis désolé. » Chuchota T à l'oreille de son amant. « Je ne pensais pas qu'ils viendraient ... Tu veux leur dire ... ? »

Bill baissa les yeux, mais hocha de la tête. « On est un peu obligé maintenant. » Murmura Bill avant de lever les yeux vers les deux autres rappeurs. « Asseyez-vous s'il vous plaît. Je pense qu'on vous doit des explications ... »

Presque deux heures passèrent avant que Bushido et Samy ne disent quelque chose. Ils écoutèrent l'histoire de Bill et Tom et ne les interrompirent pas une fois, mais ils étaient toujours sous le choque de découvrir que ces deux-là étaient ensemble et ... fiancés.

« Désolé de t'avoir touché le cul. » Dit Bushido gentiment, regardant les mains liées des deux hommes. « Mais c'était un peu trop tentant en même temps. »

Bill pouffa. « Ce n'est rien. Je n'en ai pas vraiment, mais j'y suis habitué. Tom le fait tout le temps. »


Samy écarquilla les yeux et Bushido haleta ; personne ne l'appelait comme ça, ils n'y étaient pas autorisés. C'était Tom qui leur avait donné tous les détails, pas Bill, donc c'était une vraie surprise pour eux de l'entendre dire ça.

« Tu peux l'appeler comme ça ? » Demanda Samy en se penchant en avant.

Bill pouffa à nouveau et secoua doucement la tête, baissant les yeux, mais souriant brillamment. « Ouais, je peux l'appeler comme je veux. »

« Je ne le peux même pas et ça fait quatre ans que lui et moi sommes amis. » Dit Samy et Bushido acquiesça. « Attendez que les gens entendent parler de ça, tout le monde va putain de flipper. »

« Attendez une seconde. »
Dit Tom en se penchant en avant pour mieux voir ses amis. « On n'a pas encore rendu notre relation publique. On y travaille, mais pour l'instant, gardez ça pour vous. Je le jure, si quelqu'un le découvre, je vous coupe la bite à tous les deux. »

Bushido recula légèrement. « Mec, vraiment, quand est-ce qu'on a dérapé ? Reste calme. »

« La date de la sortie de l'album, pendant une interview en janvier. Ça t'a échappé. »
Dit Tom, s'appuyant à nouveau contre le dossier du canapé, légèrement frustré. « Qu'est-ce que vous vouliez au fait ? »

« On allait aller dans un club, mais on dirait que tu peux avoir toute l'action du monde ici. »
Répondit Samy en ricanant doucement. « On va y aller. »

Bushido et Samy marchèrent lentement jusqu'à la porte d'entrée.

« Je pensais que tu ne serais pas en ville, Bushido. » Dit Tom alors que ses amis ouvraient la porte d'entrée.

Le rappeur rit doucement. « Ma mère hallucinait encore une fois. Elle n'avait pas besoin de moi. Pas d'os cassés ou quoi que ce soit. »

La porte se referma avant que Tom ne puisse dire autre chose à propos de ... ben, quoi que ce soit. Bill se leva et commença à quitter la pièce, mais s'arrêta en bas de l'escalier. « Viens, T. Il faut qu'on s'occupe de quelque chose dans ton lit ... »

Toutes pensées concernant ses amis passant à l'improviste ou leur secret étant révélé furent chassées de son esprit. Tom sauta hors du canapé et courut vers Bill, l'attirant dans un baiser profond et mouillé. « Je t'aime Bill. »

« Mmh, on verra bien ce qu'il en est ... »
Répondit le noiraud avant de monter l'escalier lentement, d'un pas long et étiré, ses hanches bougeant d'un côté à l'autre.


...
...

Bael ® _____

...
...
...

Tags : TokioBillHotel - Before Sunrise - MiniFiction - Day Night & Everything In Between - Chapitre O3