... ... Forced The Rape ... ...





...
...
 
Copyright AndeinerSeitenureineWeile ©
 
...
 
3. Le Viol
 
...
...


Les mains de Bill reposaient à ses côtés, immobiles.

« Qu'est-ce que j'ai dit, Bill ? » Grogna Georg, tirant les cheveux de Bill tellement rudement, tellement soudainement, que la tête de Bill fut douloureusement projetée sur le côté.

« Je t'en supplie ... » La voix de Bill s'éleva, à peine audible, rauque, lui coûtant toute son énergie. Sa gorge lui semblait serrée ; il ne voulait rien de plus que hurler de terreur et briser l'immobilité de la nuit, mais il ne pouvait pas le faire. Il était pleinement conscient de la force de l'autre garçon, du couteau dans la main de Georg. Pourquoi Tom n'était-il pas venu, comme il le lui avait promis ?

« Ferme ta putain de gueule ! » Ordonna Georg, son ton fâché et terrifiant, tirant plus fort sur les mèches de Bill. Bill pinça ses lèvres tremblantes, et même si tout son esprit le suppliait d'arrêter tout, ses mains se posèrent doucement sur le bord de son large pantalon.

Il ferma fort les yeux tout en déboutonnant le bouton, descendant ensuite la tirette. Ces mains se reposèrent ensuite à ses côtés.

Si Bill avait été capable de dire quelques mots, il se serait mis à prier ; après tout, il y avait de bonnes chances qu'il rencontre Dieu juste après ça de toute manière, parce que si Georg décidait qu'il en avait assez de jouer avec lui et de lui faire du mal, beaucoup de mal, Bill pourrait ne pas survivre. Il aurait prier pour de la force, pour de l'aide, pour de la sécurité, pour du soulagement, pour de la justice, pour lui-même, pour sa vie. Il promit silencieusement d'aller à l'église tous les jours pour le restant de ses jours si Dieu lui offrait une forme, n'importe laquelle, de salut, à cette seconde même. Aucune atrocité ne te touchera, puisque Son ange te protègera. Que Dieu lui donne la force de survivre à cette soirée.

Les quelques instants suivant n'arrivèrent pas, ou du moins, plus tard, Bill ne se souviendrait pas comment ils s'étaient déroulés. D'une façon ou d'une autre, il s'était retrouvé à plat ventre dans la remorque du pick-up, son pantalon tiré jusqu'à la moitié de ses cuisses. La peau de ses fesses étaient recouvertes de chair de poule à cause du froid. Il pouvait sentir la sciure de bois et autres particules dans son nez et à l'arrière de sa gorge alors que son front reposait contre le sol de la remorque, et s'il avait eu les yeux ouverts, il aurait été capable de voir la mante religieuse qui se trouvait à quelques centimètres de sa tête, peut-être en train de prier pour lui.

Bill était comme engourdi, anticipant ce vers quoi la position dans laquelle il se trouvait le mènerait, écoutant le bruit du contenu d'une bouteille de bière se faisant ingurgité, détendant encore plus son agresseur alors qu'il restait là, couché, paralysé, en attente. Bill se focalisa sur la menace imminente de la douleur qu'il était convaincu de ressentir en se faisant violer pour ne pas penser à ce qu'il allait perdre ce soir à l'arrière d'un pick-up. Avec un homme qu'il n'appréciait même pas, un homme qu'il ne connaissait même pas vraiment, un homme qu'il n'aimait même pas, à qui il ne faisait même pas confiance et qu'il ne voulait pas. Il avait été si fier de lui quand il avait fait son v½u d'abstinence jusqu'au mariage, jusqu'à ce qu'il puisse se donner à celui qu'il aimerait. Tout ce qu'il désirait allait lui être volé, arraché de son postérieur sans son consentement, et il ne pouvait tout simplement pas y penser. Il ne pouvait pas penser au fait qu'il avait dit non, ou au fait qu'il allait être dépossédé de la chose la plus importante qui était sienne, et qu'il était censé pouvoir décider à qui l'offrir.

Son Notre-Père passait sourdement la barrière de ses lèvres tremblantes, Georg et lui avaient suivi les mêmes cours de Catéchisme étant enfants ...

Il entendit une tirette que l'on ouvre et le bruit d'un verre à shot vide que l'on projette contre le trottoir, puis le pick-up bougea quand Georg grimpa dans la remorque. Des mains attrapèrent Bill, écartant ses fesses pour que le propriétaire desdites mains puisse avoir une bonne vue sur sa conquête.

« C'est tellement beau ... » Haleta Georg en testant la résistance de Bill avec son pouce. L'androgyne retint sa respiration. « Elle pense qu'elle est trop bien pour moi et ne veut pas faire d'efforts. » Grommela-t-il. « Je vais lui monter ... »

Georg cracha dans sa main, faisant un horrible bruit que Bill trouva plus que repoussant tout en enduisant sa bite qu'il avait à peine sortie de son jean. Ça allait être du rapide, il avait juste besoin de se soulager, et Tina n'avait pas voulu le faire avec lui, le chassant de sa fête à la place. Personne ne prenait Georg pour un imbécile, et dans sa rage, il avait repéré Bill assis sur ce banc dans le parc. Son camarade de classe avait juste été au mauvais endroit au mauvais moment.

Le bruit de chair contre chair firent se relever les cheveux sur la nuque de Bill. Son corps tout entier était tendu, une bombe à retardement, voulant réellement que ce moment soit déjà passé, terminé, pour qu'il puisse à nouveau être en sécurité, mais ne voulant tout de même pas que ça arrive.

Une fois dur, la main de Georg ne toucha plus sa bite, mais caressa les cheveux de Bill, y déposant de la salive et du liquide séminal, faisant se crisper Bill de dégoût alors qu'il caressait sa joue droite.

Le silence perpétuel de Bill fut interrompu par un petit sanglot quand Georg commença à se frotter entre ses fesses, sur son petit trou, sa destination pour ce soir, lui faisant savoir que ça allait arriver, qu'il le veuille ou pas. Des doigts agrippèrent les hanches de Bill, le stabilisant et les tirant légèrement vers le haut. Georg le pénétra et Bill hurla.

La sensation d'être violé être difficile à décrire à quelqu'un qui ne l'a jamais été. La sensation physique est similaire à, peut-être, être embroché en deux moitiés bien distinctes, avoir un fer chauffé à blanc enfoncé dans l'orifice génital aussi loin que la résistance le permet, quelque chose de trop gros auquel nous ne sommes pas préparés, qui pique et brûle parce que NOUS NE SOMMES PAS EXCITES. Et tout ce que nous pouvons ressentir est l'usure par frottement de notre intérieur alors qu'une tiers personne vous détruit, vous déchire à l'intérieur.

Georg s'immisça plus fort à l'intérieur de Bill et les mains de Bill allèrent instinctivement à son encontre, repoussant vainement l'homme au-dessus de lui. Georg les repoussa rudement et se pencha en avant, appuyant son ventre contre le dos de Bill tout en ondulant des hanches en un mouvement frénétique, erratique. Il repoussa les cheveux de Bill vers la gauche et mordit de l'autre côté, marquant Bill comme un animal sauvage mâchant sa proie, s'assurant avant de ça d'avoir recouvert la bouche de l'androgyne d'une main pour étouffer ses cris. Il ne fonctionnait plus qu'à l'instinct primaire, ne faisant que profiter de la chaleur autour de son érection, ne se souciant pas du tout du fait que c'était bon pour Bill ou pas.

Bill tremblait de peur alors que les mouvements de Georg se firent plus frénétiques. La fin approchait rapidement, mais ça prenait tout de même une éternité. Bill se laissa aller contre le fond noir de la remorque du vieux pick-up grinçant durant plusieurs vies alors qu'il se faisait violer, sentant la respiration de Georg au-dessus de son épaule et entendant le léger bruit d'une voiture passant à côté d'eux, complètement incapable de voir la paire de corps suants à l'arrière du véhicule alors qu'elle accélérait le long de la route.

Georg alla plus loin en Bill et l'androgyne sentit les hanches de l'autre garçon trembler et perdre le rythme alors qu'il atteignait son orgasme.




...
...
 
Bael ® _____
 
...
...
...

Tags : AndeinerSeitenureineWeile - Forced - MiniFiction - Chapitre O3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.141.69) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lectrisse-fic

    24/02/2012

    Pauvre Bill, je ne pensait pas que ça irait si loin que ça!
    C'est vraiment bien traduit, c'est même mieux que l'original
    la sensation passe plus dans cette version que dans l'original

  • littles-stories-about-th

    18/05/2011

    Niiaaa j'aime, c'est encore mieux en français qu'en anglais XD
    Ce passage est assez difficile, ce qui parrait relativement logique U___U. Je trouve bien fais le passage ou l'auteur décris la sensation d'être violé ^^
    Bisouus

  • Billsaw

    17/05/2011

    pauvre Bioll je pensait que tom va debarquer et aider son frere meme si le titre montre deja ce que va ce passer
    magnifique suite hate de lire la suite

  • Madness-of-an-Angel

    15/05/2011

    OMG, je pensais paaaaaaaaas que ça irait aussi loin :O
    Mais bon, je suis sadique, mais ça en faut le couuuuuuuuup *o*

  • gustavette483

    15/05/2011

    trop trop bien j'adore =)
    trop envie de savoir la suite
    gros bisous

  • nirvana-angelTH83

    15/05/2011

    Ouais c'est juste attroce quoi, quelque part ça fais encore plus mal pour lui tant il n'est qu'un vide-c***** et qu'il existe même pas pour son boureau, et putain que fais Tom!!!

  • nirvana-angelTH83

    15/05/2011

    « Elle pense qu'elle est trop bien pour moi et ne veut pas faire d'effort. »
    Il fais subir ça à Bill pour ce venger d'une fille?!!!

Report abuse