... ... Forced The Switchblade ... ...





...
...
 
Copyright AndeinerSeitenureineWeile ©
 
...
 
2. Le Couteau Suisse
 
...
...


Les lampes des maisons entourant le parc étaient éteintes. Il n'y avait pas de témoins, il n'y avait que Georg et Bill et le c½ur de Bill qui battait la chamade. Bill devait se sortir de là, trouver un téléphone public et appeler chez lui, la police, Tom, la police, son patron, la police. Son camarade de classe en était déjà pratiquement à l'agression et l'alcool qu'il avait bu l'encourageait à faire ce dont il avait envie. Bill ne voulait pas être blessé, il voulait juste rentrer chez lui. Il voulait que Tom arrive maintenant. Il voulait que cette situation ne lui soit jamais arrivée.

Bill tenta de paraître calme quand Georg fit un pas en avant, vers lui, et même si son visage était pâle, les tremblements de son corps si discrets, à peine perceptible, le sourire en coin de Georg si fit de plus en plus grand au fur et à mesure qu'il approchait, et Bill était si effrayé qu'il fit la seule qu'il pouvait penser à faire. Il déguerpit, sprintant à travers l'étendue d'herbe humide jusqu'au trottoir glissant et mal éclairé. Il entendit les pas de Georg se rapprocher de lui, mais en fut pas capable de se regarder derrière lui. Ça allait seulement le ralentir.

Si seulement il pouvait réussir à courir jusqu'au restaurant, Bushido était peut-être toujours en train de finir les payes et il pourrait alors demander de l'aide. Les chaussures de Bill n'étaient pas faites pour courir, ce n'était que de simples vieilles Keds, mais il ne les laissa pas le ralentir. Bill toussa en courant, pas habitué à ce genre d'effort physique en dehors du cours de gym, et ça lui fit mal dans les poumons. Georg faisait du sport, suivait des curriculums supplémentaires, il savait que Bill n'avait aucune chance de le semer, même avec une avance de cinq secondes au départ. Bill le savait aussi, c'est pourquoi son but était de trouver une cabine téléphonique et appeler de l'aide ; il y en avait une au prochain pâté de maisons, juste devant le bureau express de La Poste. Il devait dire à quelqu'un qu'il était en danger.

Bill fouillait ses poches, tentant de trouver quelques centimes qu'il pourrait utiliser pour le téléphone, quand il fut soudainement projeté au sol. Les pièces s'échappèrent de la main de Bill et il grogna en percutant les pavés. Georg était sur son dos et Bill se tortilla, incapable de bouger sous le poids du corps plus lourd du garçon plus âgé. Il était pratiquement arrivé au bon pâté de maison.

Bill n'avait pas beaucoup de masse. Georg avait beaucoup de muscles, et le fait que Bill se débatte semblait plaire à son tourmenteur.

« C'est ça, réchauffe-moi, Bébé. »

Georg enfonça le visage de Bill dans contre le trottoir, la surface rêche et granuleuse faisant effet de papier de verre contre sa peau, l'égratignant et l'écorchant, la brisant. Bill se figea quand Georg pressa son visage juste derrière son oreille.

« Je n'ai pas envie de devoir te faire du mal, Bill. » Chuchota le garçon et c'est à ce moment-là que Bill pu sentir la quantité d'alcool qu'il avait dû ingurgiter, rien qu'à l'haleine de son camarade de classe. Ça sentait le Jägermeister, la boisson dans laquelle le père de Bill lui laissait tremper ses lèvres et qui le faisait se sentir grand quand il n'était encore qu'un enfant.

« Tu me fais déjà mal Georg, descend ! » Le supplia Bill, ses pleures se transformant presque en cris quand Georg lui tapa la tête contre le sol. « De l'aide, quelqu'un, de l'aide ! »

« C'est bon. » Dit Georg en fulminant, il retira son poids de sur Bill et le retourna sur le dos avant de s'asseoir sur son ventre et de lui envoyer un coup de poing dans la figure. Bill leva les mains, tentant de protéger sa tête, mais incapable d'arrêter les coups, jusqu'à ce qu'il soit fatigué et que son visage devienne insensible, alors il arrêta. Il entendit le bruit oh combien redouté d'un couteau suisse que l'on ouvre, vit l'éclat de celui-ci alors que Georg recouvrait sa bouche d'une main. « Je vais le redire une fois ; je n'ai pas envie de devoir te faire du mal, Bill. »

Bill acquiesça lentement, devant complètement silencieux et incapable de détacher son regard de l'arme blanche. Georg attrapa une poignée des cheveux de Bill, amenant le couteau à sa gorge et se penchant tout près du visage de Bill, le regardant dans le blanc des yeux.

« Tu vas te lever et venir avec moi jusqu'à la voiture, ou je jure devant Dieu. » Dit Georg d'une voix basse, menaçante, en exerçant une pression avec le couteau sur sa gorge pour lui faire comprendre de quoi il parlait. Les yeux de Bill était grands ouverts et il acquiesça à nouveau, la terreur s'emparant de son corps. Il n'avait jamais été aussi effrayé de toute sa vie.

Georg se leva, raffermissant précautionneusement sa poigne sur les longs cheveux noirs de Bill, et tira rudement le garçon pour qu'il se remette sur ses pieds. Il marchait vite et Bill devait tenir le rythme ou Georg allait lui arracher ses cheveux. Le couteau suisse était toujours tout contre lui, prêt à plonger dans sa peau, capable de la couper comme du pain s'il tentait de faire ne serait-ce qu'un geste. Ca rappela à Bill que s'il ne coopérait pas, il ne reverrait probablement jamais sa mère, son père, son frère, son chien.

La portière arrière du pick-up était rouillée et grinça fortement quand Georg l'ouvrit. Il n'y avait rien d'autre dans la remorque que quelques morceaux de bois poussés sur le côté de la surface noire et striée et ce qui devait avoir été de la sciure de bois mélangée à de la poussière de différents outils.

« Défais ton pantalon. »




...
...
 
Bael ® _____
 
...
...
...

Tags : AndeinerSeitenureineWeile - Forced - MiniFiction - Chapitre O2

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.141.69) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lectrisse-fic

    24/02/2012

    Mais ou est Tom bon dieu?
    Et puis Georg moi qui l'apprécier, la j'ai qu'une envie c’est de le lunché

  • zouzkaulitz

    14/05/2011

    J'aime beaucoup!!! Vivement la suite, un suspens pareil, c'est juste intenable....

  • vaness-ptite-lectrice

    11/05/2011

    tres bonne suite
    georg est un connard
    pauvre bill mais j'espere que tom va ariver pour empecher tout sa
    hate de lire la suite

  • nirvana-angelTH83

    11/05/2011

    Bon sang d'bonsoir!!!! Buuu' Toooomm ram'nez vos fesses et refaites lui sa gueule à c't'enflure!!!
    Et vite là ça urge!!
    Comment j'suis trop remontée là, moi qui aime bien Georg là j'veux le squalper ><

  • Lisa

    10/05/2011

    J'aime beaucoup mais je stress déjà pour la suite ^^
    Bisous

  • Madness-of-an-Angel

    10/05/2011

    Ils sont fou de nous faire attendre comme çaaaaaaaaaaaaa :(

  • Madness-of-an-Angel

    10/05/2011

    Mais pourquoi personne ne commente ? T.T

  • Billsaw

    08/05/2011

    j'adoreeeeeeeeeeeee
    pauvre Billou
    vivement la suite

  • Madness-of-an-Angel

    08/05/2011

    Maaaaaan, mais non ! Pourquoi faut toujours que ça s'arrête en plein milieu de l'action !
    Je suis tuée T.T J'étais à fond dedans et là, plouf, stop ! :O Mon Dieu, mon pauvre coeur.
    Je suis fichtrement impatiente de lire la suiiite :D
    Bisous, Guess. Joyce ♥

  • I-am-Nothing-and-Nobody

    07/05/2011

    Wahooou. Une seule chose à dire: c’est bon, mais flippant.

    Et Tom est un c*nn*rd =D (de ne pas s’être pointé à l’heure, alala, celui-là, un vrai cas.).

Report abuse